Sci-tech
URL courte
9341
S'abonner

Des scientifiques chinois ont affirmé avoir effectué une percée majeure dans la technologie de détection magnétique qui permet de trouver des objets métalliques cachés, y compris des minéraux et des sous-marins.

L'Académie chinoise des sciences, le plus grand institut de recherche chinois, a déclaré dans un article cette semaine qu'un «réseau de détection d'anomalie magnétique supraconducteur» avait été développé à Shanghai et avait été examiné par un groupe d'experts, informe le journal South China Morning Post.

L'appareil pourrait être utilisé pour identifier l'emplacement exact de minéraux enfouis profondément sous terre avec un niveau de précision inédit.
En outre, il est possible de monter l'appareil à bord d'avions civils et militaires comme «un équipement de haute performance et une solution technique pour la cartographie des ressources, le génie civil, l'archéologie et la défense nationale», d'après l'article.

Lei Chong, chercheur associé au département de Micro/Nano Electronics de l'Université Jiao-tong de Shanghai, a expliqué qu'il y a deux caractéristiques particulières qui distinguent le dispositif chinois des appareils conventionnels.

La première est son grand nombre de sondes utilisées. Construit comme un «réseau», il peut recueillir beaucoup plus de données que les détecteurs traditionnels qui, habituellement, n'ont qu'une seule antenne.

L'appareil est également équipé d'une puce informatique supraconductrice refroidie par de l'azote liquide. La température extrêmement basse augmente considérablement la sensibilité du dispositif aux signaux qui seraient trop faibles pour être détectés par les équipements existant.

Lire aussi:

Le nouveau gaz chinois: révolution ou intox?
Les drones s'aventurant trop près des aéroports chinois seront repoussés
Le premier vol du S-919, concurrent chinois du Boeing 737 et de l’Airbus A320
Le premier homme avec une tête transplantée sera Chinois
Tags:
détection, sous-marins, défense, hautes technologies, science, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook