Ecoutez Radio Sputnik
    Un smartphone

    Avec ce matériau unique il serait possible de charger un smartphone quatre fois par an

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    Sci-tech
    URL courte
    1101
    S'abonner

    Des scientifiques ont inventé un matériau qui permettrait aux appareils de consommer beaucoup moins d'énergie. Avec cette technologie, il ne faudrait recharger un smartphone qu’une fois tous les trois mois.

    Une équipe de scientifiques des universités Cornell et du Michigan a conçu un nouveau matériau multiferroïque magnétoélectrique qui permettra de créer des processeurs consommant 100 fois moins d'énergie, informe Independent citant un article publié dans la revue Nature.

    Il est composé de couches d'atomes minces qui forment un film magnétiquement polaire. Il est possible de passer du positif au négatif avec une seule petite impulsion d'énergie.

    Ce principe pourrait être utilisé pour transmettre le code binaire, les flux de uns et zéros, à base duquel des ordinateurs fonctionnent. Cela signifie qu'ils peuvent envoyer et recevoir des données en utilisant très peu d'électricité.

    À l'heure actuelle, l'électronique est fondée sur des systèmes composés de matériaux semi-conducteurs qui nécessitent un flux d'électricité constant. Mais les processeurs multiferroïques magnétoélectriques n'auraient besoin que de courtes impulsions d'électricité, utilisant de ce fait beaucoup moins d'énergie.

    D'ici 2030, l'électronique pourrait consommer de 40 à 50% de l'énergie mondiale. La conception de processeurs éconergétiques pourrait avoir un impact important sur l'empreinte énergétique mondiale.

    Lire aussi:

    Combattre le diabète avec un smartphone? C’est possible!
    Huawei créera un smartphone doté d’une intelligence artificielle
    Les chercheurs russes montrent que les fenêtres peuvent générer de l’énergie
    Tags:
    gadgets, hautes technologies, appareils électroniques, science, Université Cornell, Université du Michigan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik