Ecoutez Radio Sputnik
    Mammoth

    Un garçon de 10 ans tombe sur un fossile de stegomastodon, l’ancêtre de l’éléphant

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    192
    S'abonner

    Un jeune Américain aura réalisé le rêve de nombreux enfants: découvrir sous terre quelque chose de vieux et de mystérieux, à savoir, le crâne d’un ancêtre des éléphants.

    Jude Sparks, un jeune habitant de l'État du Nouveau-Mexique, a accidentellement fait une grande découverte archéologique: lors d'une promenade dans la nature avec sa famille, Jude a trébuché, avant de découvrir qu'il avait heurté une défense, relate Fox News.

    Il a immédiatement vu une deuxième défense à côté de la première. Son frère Hunter a supposé qu'il s'agissait d'une vieille carcasse de vache. Mais en réalité, c'était celle d'un ancêtre de l'éléphant qui vivait il y a un million d'années! Ce sont des spécialistes de l'Université du Nouveau-Mexique, consultés par les parents de Jude, qui ont confirmé la découverte.

    Il ne s'agissait donc pas d'une vache, mais d'un crâne de stegomastodon, qui appartient à une famille éteinte d'animaux ressemblant à des éléphants. Avec l'aval du propriétaire du terrain, une équipe d'archéologues a pu déterrer cet ancêtre des éléphants contemporains.

    Peter Houde, professeur de biologie à l'Université du Nouveau-Mexique, est venu sur place et a été très impressionné. Selon lui, il s'agirait du deuxième crâne de stegomastodon découvert dans l'État. Il espère désormais trouver également le reste du squelette dans cette région.

    Lire aussi:

    Le fossile d’un reptile marin âgé de 90 millions d’années retrouvé en France
    Un sauvetage incroyable: la marine du Sri Lanka sauve un éléphant en pleine mer (Vidéo)
    Un crâne de tigre à dents de sabre retrouvé en Allemagne
    Rome: une maison du IIIe siècle arrive jusqu’à nous grâce à un incendie
    Des éléphants en colère terrorisent une province thaïlandaise
    Tags:
    stegomastodon, archéologie, éléphants, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik