Sci-tech
URL courte
390
S'abonner

Le musée national de l’écriture chinoise offrira une récompense importante à quiconque réussira à décrypter les inscriptions présentes sur les os oraculaires conservés dans ses réserves, datant de l’époque de la dynastie Shang (1600-1046) et dont l’âge s’élève à plus de 3.000 ans.

Le musée national de l'écriture chinoise, situé à Anyang, dans la province du Hena, s'engage à offrir une récompense de 100.000 yuans par hiéroglyphe (environ 12.700 euros) à quiconque réussira à déchiffrer les inscriptions énigmatiques présentes sur les os oraculaires conservés dans ses réserves, relate la Chine Nouvelle.

En outre, le musée offrirait 50.000 yuans (environ 6.350 euros) à quiconque pourra décrypter un hiéroglyphe énigmatique, dont la signification n'a de cesse de diviser la communauté scientifique.

Les inscriptions oraculaires gravées sur os ou sur écailles de tortues, rappelle le site de la BnF, sont les plus anciens vestiges de l'écriture chinoise que l'archéologie ait mis au jour. Les inscriptions forment aussi le plus ancien corpus significatif d'écriture chinoise, essentiel pour l'étude étymologique du chinois, étant les ancêtres directes de l'écriture moderne.

Plusieurs dizaines de milliers d'os oraculaires furent découverts à partir de 1899 dans la province du Henan, principalement à Xiaotun, petit village proche d'Anyang, au nord du fleuve Jaune. 

Lire aussi:

La Chine continue la simulation de son «aventure spatiale»
La Chine construit sa première base militaire à l’étranger
La projection du «Rêve chinois» désormais obligatoire dans les cinémas en Chine
4.800 interpellations en Chine pour vol de données personnelles
La Chine teste avec succès un drone de reconnaissance dernier cri
Tags:
os oraculaires, écriture, science, histoire, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook