Ecoutez Radio Sputnik
    Saturne

    Une anomalie inconnue dans le champ magnétique de Saturne

    © NASA. Space Science Institute
    Sci-tech
    URL courte
    554

    La sonde Cassini a aidé les chercheurs de la NASA à découvrir une anomalie inconnue dans le champ magnétique de Saturne.

    Les chercheurs de la NASA, en charge du projet Cassini, ont découvert une anomalie inconnue dans le champ magnétique de Saturne alors qu'ils ils essayaient de mesurer avec une précision accrue la durée d'une journée sur Saturne, relate le site officielle de l'agence spatiale.

    «La déclinaison magnétique de Saturne s'est révélée être étonnamment petite, plus qu'elle ne le paraissait à première vue. Pour le moment, ce fait est difficile à expliquer. Pour cette raison, nous ne sommes pas parvenus à mesurer la durée exacte d'une journée sur Saturne», souligne Michele Dougherty, professeure de physique spatiale à l'Imperial College London.

    «Quoi qu'il en soit, poursuit-elle, nous continuons à travailler sur ce problème et examinons d'autres possibilités pour arriver à nos fins».

    Ainsi, les scientifiques ne savent pas encore combien de temps dure exactement une journée sur Saturne.

    Les sondes Voyager ont mesuré la rotation de Saturne à une durée de 10 heures, 39 minutes et 22,4 secondes. Trente ans plus tard, la sonde Cassini a établi une nouvelle durée à 10 heures, 47 minutes et 6 secondes en mesurant la variation du champ magnétique de la planète aux anneaux. Une nouvelle estimation affinée a été publiée en 2015: 10 heures, 32 minutes et 45 secondes, rappelle le site Sciences et Avenir

    Lire aussi:

    Saturne, Jupiter et Vénus visibles à l’œil nu en mai
    Les ouragans spectaculaires de Saturne filmés de très près (Images)
    Le mystère des anneaux de Saturne bientôt révélé?
    Une lune de Saturne pourrait abriter des organismes vivants
    La NASA découvre des signes de vie extraterrestre sur une lune de Saturne
    Tags:
    science, espace, Cassini, Saturne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik