Sci-tech
URL courte
3101
S'abonner

Des scientifiques chinois ont développé une technologie capable de se déplacer à l'intérieur des vaisseaux sanguins humains. Ces «nano-nageurs» sont assez rapides et forts pour passer à travers les liquides visqueux et délivrer des médicaments vers des organes spécifiques.

Des chercheurs chinois de l'Institut de technologie de Harbin en Chine ont créé des robots capables de naviguer dans le flux sanguin et livrer des médicaments vers des organes spécifiques. L'étude de l'équipe chinoise, publiée dans la revue Nano Letters, explique la technologie derrière cette invention.

Micro/nanorobots
© Photo. Tianlong Li et al. / Nano Letters, 2017
Micro/nanorobots

La technologie aide à injecter une quantité précise de médicament, sans quantité excessive pouvant entraîner des effets indésirables et nuire ainsi à d'autres organes.

Ces robots se composent de trois segments: une partie centrale en or, et deux «mains» en nickel attachées au segment central à l'aide de charnières en argent poreux.

Les nano-robots sont contrôlés par un champ magnétique externe et peuvent nager à une vitesse de 10 micromètres par seconde.

«Aux fins de l'administration ciblée de médicaments sans procédures invasives, ces nano-nageurs peuvent être enduits de médicaments et injectés dans la circulation sanguine, où leurs trajectoires peuvent être dirigées par des champs magnétiques externes», annonce la revue New Scientist.

Afin d'utiliser de tels robots dans le flux sanguin, ceux-ci doivent être constitués de matériaux biocompatibles. Quant à leur utilisation dans des zones moins compliquées comme les voies urinaires ou le globe oculaire, les essais cliniques pourraient débuter au cours des 5 à 10 prochaines années.

Lire aussi:

Une céramique pare-balles sera créée à Tomsk
C’est officiel: les gens heureux vivent plus longtemps
Les vaches pourraient nous sauver du VIH
Insomnie: maladie ou technique de survie révolue?
Une recette pour se débarrasser des cauchemars: dormir moins
Tags:
science, robot, sang, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook