Sci-tech
URL courte
015
S'abonner

Après une longue enquête lancée suite à des allégations anonymes, l'Université de Tokyo a confirmé qu'un groupe de chercheurs avait falsifié des images et des graphiques dans cinq articles scientifiques.

Cinq études scientifiques menées par deux chercheurs de l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire (IMCB) de Tokyo, contiennent des données falsifiées, a annoncé mardi l'Université de Tokyo.

Il s'agit du professeur Yoshinori Watanabe, qui a supervisé et co-écrit des travaux consacrés à la dynamique des chromosomes, et de Yuichi Tanno, qui a participé à la rédaction d'un des cinq articles, ont précisé les responsables de l'université lors d'un point de presse.

Les cinq études en question ont été publiées entre 2008 et 2015 par plusieurs revues scientifiques dont Science, Nature et EMBO Reports. Selon les responsables de l'université, le professeur Watanabe devrait publier un erratum ou modifier ses articles.

L'université, l'une des plus prestigieuse au Japon, a lancé une enquête le 20 septembre dernier pour vérifier 22 travaux de cinq professeurs de son école de médecine et de Yoshinori Watanabe après avoir reçu des informations sur la falsification des données d'une source anonyme indiquant leur fabrication. L'enquête, qui a pris fin en mai, n'a pas révélé de données falsifiées dans les études des professeurs de l'école de médecine.

Les enquêteurs ont toutefois établi que le traitement inapproprié des données était monnaie courante dans le laboratoire de Yoshinori Watanabe. Le professeur a même enseigné aux chercheurs de son laboratoire comment traiter les données afin d'améliorer les résultats de leurs études, selon le rapport de 49 pages publié par l'université.
Yoshinori Watanabe a reconnu avoir commis des erreurs dans ses études, mais il rejette les accusations de falsification.

Quant à Yuichi Tanno, les responsables de l'université estiment qu'il a été, en partie, victime des instructions inappropriées de Yoshinori Watanabe, car il avait été son étudiant. D'ailleurs, Yuichi Tanno était déjà professeur assistant au moment où les données ont été traitées d'une manière inappropriée.

Lire aussi:

Sang, sueur et larmes: des chercheurs désignent les ingrédients pour créer du béton sur Mars
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Tags:
Japon, Tokyo, Yoshinori Watanabe, Yuichi Tanno, Université de Tokyo, Institut de biologie moléculaire et cellulaire (IMCB) de Tokyo, falsification, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook