Ecoutez Radio Sputnik
    Une jeune fille avec un smartphone

    Filtres racistes? L’application FaceApp au centre d’une polémique

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    242

    Accusés de racisme, les concepteurs du service de retouche de selfies FaceApp ont dû retirer leurs nouveaux filtres noir, blanc et asiatiques suite à une vague de critiques.

    L’application virale FaceApp, qui ajoute des filtres aux selfies des utilisateurs pour changer leur apparence, a renoncé jeudi à sa dernière mise à jour moins de 24 heures après sa publication, sur fond d’accusations de racisme pour ses filtres ethniques.

    ​​​La colère des utilisateurs des réseaux sociaux était surtout liée à la notification concernant les filtres.

    ​Les utilisateurs doivent mettre à jour leur application pour cesser de voir les filtres qui permettaient de changer l’apparence des utilisateurs pour les rendre blancs, noirs, asiatiques ou indiens.

    ​Jsuis mort Y'a FaceApp qui a ajouté de nouveaux filtres 😂 pic.twitter.com/4Eg92oKL3h

    ​​Le créateur de l’application, Iaroslav Gontcharov, qui a d’abord déclaré aux médias que les filtres n’avaient pas de connotations «positives ou négatives», a plus tard reconnu leur caractère provocateur.

    ​Ce n’est pas la première fois que l’application FaceApp est accusée de racisme. En avril, ses utilisateurs se sont rendus compte que le filtre Hot censé les rendre «sexy» blanchissait la peau et raffinait le nez des Noirs. 

    En plus, le filtre supprimait les lunettes des utilisateurs.

    ​​​​M.Gontcharov a reconnu le problème. Selon lui, le défaut était dû à des particularités de fonctionnement du réseau neuronal intégré à l’application, soit une sorte de bug de l’intelligence artificielle qui gère le logiciel.

    ​Lancée en janvier 2017, FaceApp est installée sur environ 40 millions de smartphones et tablettes sur Android et iOS. L’application est devenue virale grâce à ses filtres permettant de modifier les visages des utilisateurs pour les vieillir, les rajeunir, les faire sourire ou les transformer en homme ou en femme. 

    Lire aussi:

    Des chercheurs israéliens ont créé un filtre à eau anti-virus
    L'incarnation vivante de Ken révèle le coût de ses métamorphoses
    Washington révèle pourquoi il est si important que Trump utilise Twitter
    Tags:
    filtre, accusations, selfie, réseaux sociaux, racisme, Internet, FaceApp, Iaroslav Gontcharov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik