Ecoutez Radio Sputnik
    Perséides

    La pluie d'étoiles filantes des Perséides atteindra son pic le 12 août

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    2258452

    Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 août, c'est un spectacle saisissant qui attend les habitants de notre planète: si le ciel est dégagé, il sera possible d'observer 150 étoiles filantes par heure.

    Notre planète sera en effet frôlée au plus près par le nuage de météorites des Perséides, dont certaines traverseront et s'enflammeront dans notre atmosphère.

    «La phase la plus active durera de 16h00 le 12 août à 4h30 le 13 août (heure de Paris). Dans des conditions idéales il sera possible d'observer dans le ciel la traversée de 2 à 3 météorites à la minute», indique le calendrier des pluies de météores de l'IMO (Organisation Internationale sur les Météores, International Meteor Organization).

    L'astrophysicien Sergueï Lamzine, directeur adjoint de l'Institut astronomique Sternberg de l'Université d'État Lomonossov de Moscou, rappelle qu'il est toujours difficile de prédire le nombre exact d'étoiles filantes qui seront visibles à cause de l'imprévisibilité de l'influence des planètes sur le nuage des Perséides. Selon lui, en 2017, les observateurs pourraient aussi bien voir une pluie spectaculaire qu'un essaim tout à fait ordinaire.

    «Malheureusement, c'est effectivement un phénomène imprévisible. Parfois des experts prédisaient une pluie de météores particulièrement intense et elle était finalement ordinaire — ou l'inverse. Il reste très difficile de tenir compte de l'influence des autres planètes sur l'orbite des météorites», explique Sergueï Lamzine.

    Le pic du nuage de météorites le plus populaire de l'année

    La pluie d'étoiles filantes des Perséides se déverse sur Terre entre le 17 juillet et le 24 août et atteint son pic dans les nuits du 11 au 13 août: c'est à ce moment qu'on peut admirer l'essaim de météores le plus populaire et le plus brillant dans toute sa splendeur. Chaque année, l'orbite de notre planète et du nuage se rencontrent. L'activité des Perséides n'est pas constante d'année en année: plus la distance entre elles et la Terre augmente, moins l'on peut voir d'étoiles filantes dans notre ciel.

    D'ordinaire, l'essaim est relativement éloigné de l'orbite terrestre, ou se trouve à l'extérieur de cette dernière. Le rapprochement périodique des traces de comètes avec la Terre s'accompagne d'une intensification de l'activité des Perséides comme en 2004 et en 2009. Les prochains sursauts d'activité de l'essaim sont prévus pour 2028, précise le Planétarium de Moscou.

    Quel est le meilleur endroit pour observer les Perséides?

    Les Perséides sont visibles de tous mais, même si les météores sont brillants, il est préférable d'observer la pluie d'étoiles filantes loin de la pollution lumineuse des villes.

    L'observation de la pluie d'étoiles filantes ne nécessite pas de télescopes ou d'autres appareils astronomiques, c'est pourquoi n'importe qui peut profiter du spectacle stellaire. Il est préférable de l'observer dans la nature, par exemple, dans un champ, à la campagne ou dans un village. Cependant, les nuages et la pluie pourraient être un obstacle. On estime que les pluies de météores sont très favorables pour l'énergie humaine. Il est également convenu de faire un vœu pendant une pluie d'étoiles filantes.

    Pour un observateur du centre de la Russie, aux alentours de minuit la constellation de Persée se situe dans la partie nord-est du ciel. Dans la soirée elle commence son chemin à l'est de l'horizon et dans la matinée monte si haut que les étoiles filantes deviennent visibles dans toute la voûte céleste.

    L'histoire de la découverte des Perséides

    Les Perséides doivent leur nom à la constellation de Persée. L'essaim de météores des Perséides est connu de l'humanité depuis près de 2.000 ans. Il est mentionné pour la première fois dans des annales chinoises datant de 36 apr. J.-C. Les Perséides apparaissent également souvent dans les chroniques japonaises et coréennes des VIII-XIe siècles. En Europe, les Perséides étaient appelés «Larmes de saint Laurent», car le festival dédié à ce saint, qui se tenait en Italie, tombait le 10 août — la période la plus active de la pluie de météores.

    Officiellement, l'essaim annuel des Perséides a été découvert par le mathématicien, astronome et météorologue belge Adolphe Quételet, qui a rapporté ce spectacle en août 1835. Pour la première fois, le nombre de météores s'illuminant en une heure a été calculé en 1839: on avait alors pu en voir 160 au total.

    Les Perséides, queue de la comète Swift-Tuttle

    Les Perséides sont formées par le croisement entre l'atmosphère de la Terre et la traînée de particules de poussière de la comète Swift-Tuttle. Ces particules minuscules, de la taille d'un grain de sable, brûlent dans l'atmosphère terrestre et créent cette vision d'une pluie d'étoiles depuis la Terre. Son intensité est maximale au début, mais s'affaiblit avec le temps. Les Perséides sont des météores blancs qui laissent des traces dans le ciel. La luminosité de certains météores particulièrement brillants peut durer jusqu'à quelques secondes.

    Le 16 juillet 1862, les chercheurs américains Lewis Swift et Horace Parnell Tuttle ont enregistré une comète très belle et inconnue par le passé et l'ont baptisée 109P/Swift-Tuttle. Cette comète est restée parfaitement visible dans le ciel partout dans l'hémisphère nord de la Terre pendant tout l'été 1862. Lors de la dernière semaine d'août, elle a atteint sa luminosité maximale — la deuxième magnitude — et avait une queue longue et brillante.
    En observant cet objet cosmique à l'aide d'un télescope, on pouvait remarquer des filets nébuleux luminescents qui s'éloignaient du noyau de la comète comme les pétales d'une fleur. Ce n'est pas par hasard que Camille Flammarion, grand vulgarisateur scientifique, a qualifié la comète Swift-Tuttle de «l'une des comètes les plus belles du XIXe siècle». D'autres l'appelaient tout simplement «la Grande comète de 1862».

    La comète Swift-Tuttle est considérée comme une grande comète: son noyau atteint 26 kilomètres de diamètre, soit deux fois les dimensions de l'objet dont la collision avec la Terre se serait soldée par l'extinction des dinosaures. C'est son apparition qui a attiré l'attention des scientifiques sur le lien entre les comètes et les nuages de météores.

    En 1867, Giovanni Schiaparelli, célèbre astronome italien, a annoncé que l'orbite de la comète Swift-Tuttle était pratiquement équivalente à celle des Perséides, et que la comète même émettait des particules minuscules qui formaient les Perséides quand notre planète passait via ces nuages. Giovanni Schiaparelli a été le premier à établir que la comète était la source des Perséides. On sait actuellement que la plupart des filets de météores sont liés à des restes de comètes.

    La période orbitale de la comète Swift-Tuttle est de 133 ans. Actuellement, elle s'approche des frontières extérieures du système solaire. Son rapprochement maximal de notre étoile laisse chaque fois un nouveau nuage de particules. Ainsi, les années qui sont proches de cet événement permettent aux observateurs terrestres d'admirer un nombre plus important d'étoiles filantes. Le dernier passage de la comète Swift-Tuttle près du Soleil a eu lieu en décembre 1992, alors que sa prochaine visite ne se déroulera qu'en juillet 2126. Les Perséides étaient donc très visibles pendant quelques années après 1992. Les observateurs de l'Europe centrale enregistraient alors de 200 à 500 météores par heure. 

    Lire aussi:

    Une carte insolite: des étoiles filantes comme dans le creux de la main
    Une «porte des Étoiles» pour voyager dans le temps découverte sur Mars
    Un «croqueur d’étoiles» pris en flagrant délit
    Une «usine à étoiles» découverte dans la constellation du Phénix
    Comment nomme-t-on les étoiles?
    Tags:
    étoiles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik