Sci-tech
URL courte
161
S'abonner

Des chercheurs britanniques ont découvert au Brésil des traces des plus anciens êtres vivants connus à ce jour. Ces organismes vivaient il y a près de 500 millions ans, à l’Édiacarien. Les recherches se poursuivent.

Dans la municipalité de Corumbà, à l'ouest du Brésil, des chercheurs de l'Université de Manchester ont trouvé des traces d'une épaisseur de 50 à 600 micromètres du plus vieil organisme multicellulaire connu à ce jour. Cet animal, qui vivait entre 555 et 542 millions d'années (Ediacarien), habitait les fonds marins et se déplaçait dans le sable en ondulant. Sa largeur était comparable à celle d'un cheveu humain.

Ces chercheurs ont étudié ces traces à l'aide de la méthode de la microtomographie qui permet d'identifier une structure en préservant l'intégrité des fossiles. Les scientifiques sont parvenus à la conclusion qu'ils étaient en présence fossiles d'animaux capables de se tordre grâce à leurs muscles. Ils étaient bilatéraux, autrement dit, leur corps était symétrique, ils avaient une tête, un dos et une queue. Cette configuration est typique des organismes du Cambrien, ère géologique marquée par l'explosion de la vie.

Selon ces chercheurs, des êtres aussi évolués auraient pu apparaître à de périodes plus anciennes. De nouvelles découvertes permettraient de déterminer plus précisément la période de leur apparition sur Terre.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Explosion à Beyrouth: l'épouse de l'ambassadeur des Pays-Bas au Liban décède des suites de ses blessures
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
organisme, université, fossiles, chercheurs, animaux, Manchester, Terre, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook