Ecoutez Radio Sputnik
    Azote liquide

    Une femme de 49 ans cryogénisée en Chine, une première

    © AP Photo/ Keystone, Gaetan Bally
    Sci-tech
    URL courte
    51161112

    Une Chinoise de 49 ans, décédée d'un cancer du poumon, a été cryogénisée dans deux mille litres d'azote liquide avec le consentement de son époux.

    Zhan Wenlian est morte le 8 mai 2017 dernier, mais son mari espère que la science saura un jour comment la ressusciter. Ainsi, le corps de la femme a été cryogénisé pour être conservée dans un grand réservoir rempli de 2.000 litres de conservateurs, dont l'azote liquide, à une température de —196 °C.

    La procédure a été réalisée dans les laboratoires du Yinfeng Biological Group, à Jinan, en collaboration avec l'université Shandong et l'association américaine Alcor Life Extension Foundation qui œuvre en faveur de la cryogénie. Le corps de la femme a été vidé de son sang remplacé par une sorte d'antigel, avant d'être refroidi et plongé dans la cuve.

    «J'ai tendance à croire aux technologies nouvelles et émergentes, alors je pense qu'il sera complètement possible de la ressusciter», assure le mari de Zhen Wenlian cité par futura-sciences.com.

    Plus de 300 personnes sont actuellement cryogénisées à travers le monde, principalement au sein de deux instituts américains, Alcor et le Cryonics Institute, et un russe, Kriorus.

    Les corps cryogénisés ne sont pas congelés mais maintenu à une température assez basse pour que les cellules du patient ne soient pas endommagées. Or, leur éventuelle ranimation est toujours loin d'être garantie. La cryogénisation se base ainsi sur l'espoir qu'un jour les progrès de la médecine permettront de réaliser cette percée.

    Lire aussi:

    Conserver les embryons pendant des siècles? C'est possible avec la vitrification
    La double vie de l’eau dévoilée
    La clé de la victoire sur le cancer serait à portée de main
    Tags:
    science, cryogénisation, Université Shandong, Alcor Life Extension Foundation, Yinfeng Biological Group, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik