Ecoutez Radio Sputnik
    mer Baltique

    La Russie a terminé les essais de son robot sous-marin furtif «Ombre de mer»

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Sci-tech
    URL courte
    12431
    S'abonner

    Les essais du planeur sous-marin russe «Ombre de mer» se sont achevés avec succès dans la mer Baltique.

    Le planeur sous-marin «Ombre de mer », capable de surmonter les courants sous-marins, a été testé avec succès en mer Baltique, a annoncé à l'agence Sputnik le directeur du centre de recherche sur la défense auprès de l'Institut technique de la Marine de Saint-Pétersbourg Igor Kojemiakine.

    «En août, nous avons testé avec succès le planeur sous-marin «Ombre de mer» en mer Baltique. La nouvelle version hybride du planeur est capable de surmonter les courants sous-marins en se servant d'une hélice de propulsion. Il est impossible de détecter le planeur dans la mer, car il se déplace pratiquement sans faire de bruit», a indiqué le responsable.

    Selon lui, le planeur a été testé avec succès en haute mer en présence de forts courants sous-marins qui ont mis l'appareil à l'épreuve. A la différence des modèles précédents, le planeur est plus précis et capable de porter un plus grand nombre de charges utiles.

    Le planeur sous‐marin «Ombre de mer» est un robot autonome qui se présente sous la forme d'une torpille d'une longueur 3 m environ et d'un poids 150kg. Il est équipé d'ailes lui permettant de planer jusqu'à une profondeur de 1000 m, en suivant des trajectoires en dents de scie dans le plan vertical. Il est équipé de capteurs physiques (pression, conductivité, température) et éventuellement biogéochimiques (fluorescence, oxygène, nitrates, rétrodiffusion optique…). Les données enregistrées pendant les plongées sont retransmises à terre à chaque remontée en surface grâce à un système de communication satellitaire.

    Les consignes de navigation sont transmises à l'appareil par le même canal de communication.

    Tags:
    tests, robot, mer Baltique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik