Sci-tech
URL courte
Station internationale habitée Deep Space Gateway (8)
552
S'abonner

La station orbitale lunaire, dont la création a été annoncée par les agences spatiales russe et américaine, permettra d’élargir le champ des activités humaines au-delà de l’orbite terrestre et de voyager partout dans le système solaire, d’après John Logsdon, professeur émérite à l’Université George Washington, interrogé par Sputnik.

Les États-Unis et la Russie ont décidé de placer une station habitée en orbite de la Lune pour préparer des voyages vers Mars ou d’autres planètes, a déclaré vendredi à Sputnik John Logsdon, professeur émérite à l’Université George Washington et expert de la politique dans le domaine spatial.

«Deep Space Gateway fait partie d’un projet visant à atteindre Mars […]. L’orbite lunaire est un lieu permettant d’atteindre n’importe quel point du système solaire et d’obtenir l’expérience nécessaire pour envoyer des missions habitées sur de grandes distances, comme Mars par exemple», a indiqué M.Logsdon.

Selon lui, les États-Unis n’ont pas l’intention de revenir sur la Lune, mais Deep Space Gateway peut servir de base de transfert.

«Cet emplacement permet d’explorer l’espace dans presque toutes les directions […]. Deep Space Gateway est un élément d’un système dont nous avons besoin pour étudier l’espace lointain, la Lune et ensuite Mars», a-t-il ajouté.

M.Logsdon a salué la décision des scientifiques russes et américains de resserrer leurs liens.

«Les États-Unis et la Russie sont les partenaires clés du projet de la Station spatiale internationale (ISS) depuis près de 20 ans. Les deux communautés spatiales ont appris à collaborer étroitement à bord de l’ISS. Ce sera un nouveau pas vers l’élargissement du champ des activités humaines au-delà de l’orbite terrestre», a estimé l’expert.

Le directeur du holding spatial russe Roskosmos, Igor Komarov, a annoncé jeudi, lors du 68e Congrès astronautique international (IAC) à Adelaïde, en Australie, que la Russie et les États-Unis avaient décidé de placer une station habitée en orbite de la Lune. La Russie créera jusqu’à trois modules pour la nouvelle station baptisée Deep Space Gateway, qui seront lancés d’ici 2024-2026. Moscou a également l’intention de développer les mécanismes d’arrimage pour les vaisseaux qui s’amarreront à Deep Space Gateway. La Chine, l’Inde, le Brésil et la République sud-africaine pourraient aussi se joindre au projet annoncé par la NASA fin mars 2017.

Le Congrès astronautique international (IAC) est le rendez-vous annuel de la Fédération internationale d'astronautique (IAF), de l'Académie internationale d'astronautique (IAA) et de l'Institut international du droit spatial (IISL).

Dossier:
Station internationale habitée Deep Space Gateway (8)

Lire aussi:

Coronavirus, en continu: aggravation de la crise aux États-Unis avec près de 1.200 morts en 24h
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Les États-Unis, premières victimes du choc pétrolier?
Tags:
exploration de l'espace, Deep Space Gateway (station orbitale lunaire), ISS, 68e Congrès astronautique international (IAC), NASA, Holding spatial russe Roscosmos, John Logsdon, Lune, Mars, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook