Sci-tech
URL courte
Station internationale habitée Deep Space Gateway (8)
446
S'abonner

Bien que les relations entre la Russie et les États-Unis restent tendues, cela n’affecte nullement les relations entre les deux pays dans le domaine spatial, où leur amitié n’est pas entravée, selon le journal américain NBC News.

Alors que les gouvernements américain et russe mènent des discours dont la rhétorique est digne de l'époque de la guerre froide, les agences spatiales des deux pays avancent ensemble vers l'avenir, lit-on dans le journal américain NBC News.

Le holding spatial russe Roskosmos et la NASA ont annoncé mercredi le projet de lancement du programme Deep Space Gateway, qui fait partie d'un programme à long terme visant à envoyer des personnes sur Mars.

«Une telle coopération tranche largement sur l'antagonisme qui fait la manchette mais est assez ordinaire pour les deux agences», lit-on dans l'article.

Par exemple, début septembre, l'astronaute de la NASA Peggy Whitson a terminé une mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en atterrissant au Kazakhstan. Elle a ainsi achevé une mission de 228 jours, passant au total 665 jours en orbite — un temps record passé dans l'espace pour les Américains.

Le cosmonaute russe de Roscosmos Fiodor Iourtchikhine était assis à ses côtés dans la capsule Soyouz. Il a accumulé l'énorme score de 673 jours passés dans l'espace et est inscrit sur la liste des sept personnes étant restées le plus longtemps dans l'espace.

«Il y a quelques décennies, ces statistiques concurrentes auraient été source d'animosité entre les États-Unis et la Russie […]. Aujourd'hui, ils le célèbrent ensemble», ont partagé d'anciens astronautes cités par le média.

Malgré des années de désinformation pendant la guerre froide, des personnes unies par leur passion pour les vols spatiaux se sont rapidement associées dans de fortes équipes, selon l'ancien astronaute de la NASA Stephen K. Robinson, qui a passé deux ans en Russie à se préparer à devenir astronaute de réserve pour l'expédition ISS-4.

Dossier:
Station internationale habitée Deep Space Gateway (8)

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
espace, Holding spatial russe Roscosmos, NASA, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook