Sci-tech
URL courte
14149
S'abonner

Une nouvelle recherche révèle que les femmes sont enclines à être plus aimables et plus généreuses que les hommes, censés être au contraire plus égoïstes. Voici les explications des scientifiques sur cette «bataille des sexes».

Les cerveaux masculins et féminins réagissent différemment au comportement dit «prosocial» (désintéressé) et égoïste, selon des scientifiques de l'Université de Zurich, apprend-on d'une étude publiée dans le magazine Nature Human Behaviour.

Lorsqu'une femme manifeste de la gentillesse, dans son organisme se déclenche un signal de récompense plus important que chez les hommes, dont le système de récompense est davantage stimulé par un comportement égoïste.

Le système de récompense du cerveau est géré à l'aide du neurotransmetteur dopamine qui nous pousse à faire des choses qui nous font nous sentir bien. Sa libération est stimulée non seulement par le sexe ou une bonne nourriture, mais également par des actions altruistes.

En général, les femmes sont plus motivées par la bonté, alors que les hommes sont principalement incités par des pensées égoïstes, d'après l'étude.

Les scientifiques ont analysé le comportement de 56 hommes et femmes lorsqu'ils et elles prenaient différentes décisions, dont plusieurs tournaient autour de l'argent.

Les chercheurs en sont donc arrivés à la conclusion que le système de «récompense» du cerveau basé sur la dopamine poussait les femmes à des actes plus altruistes et les hommes à des comportements plus égoïstes.

On ignore toujours cependant si ces différences de genre sont «innées» ou si elles sont causées par la pression de l'environnement social — culture, stéréotypes de genre, éducation. 

Lire aussi:

Moins de 24h après sa nomination, #CastexDemission déjà top tendance sur Twitter
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Un colistier du nouveau maire de Saint-Ouen tente d’échapper à un contrôle sur un scooter volé
Tags:
étude, sexe, science, femmes, homme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook