Ecoutez Radio Sputnik
    Une pluie d'étoiles filantes

    La Terre s’apprête à vivre une pluie d’étoiles filantes hors du commun

    © Sputnik. Vladimir Astapkovich
    Sci-tech
    URL courte
    33350180

    À en croire les astronomes, une pluie d’étoiles filantes illuminera le ciel nocturne le 21 octobre, plusieurs météorites en provenance de la constellation d’Orion se dirigeant actuellement vers notre planète.

    «Le weekend prochain, la pluie d'étoiles filantes provenant de la constellation d'Orion —appelées les Orionides, liées à la comète de Halley (1P/Halley) — atteindra son maximum. La dernière fois que la comète est passée près de la Terre remonte à 1986. Cependant, les éclats qui s'en détachent atteignent depuis lors l'atmosphère terrestre deux fois par an, en formant des pluies de météorites: les Êta aquarides au printemps et les Orionides en automne», a annoncé jeudi le Planétarium de Moscou dans un communiqué.

    Afin de pouvoir les observer au mieux, Météo France a de son côté conseillé d'attendre «que la constellation d'Orion soit levée, vers minuit». L'institut météorologique a précisé qu'il fallait s'éloigner «au maximum des villes pour éviter la pollution lumineuse». Ainsi, la montagne constitue un excellent poste d'observation.

    Selon le journal The Huffington Post, le meilleur endroit en France pour profiter de ce ballet d'étoiles filantes est le «triangle noir, qui se trouve à Le Quercy». La Corse est également l'un des endroits privilégiés, car peu touchée par la pollution lumineuse.

    Les Orionides sont les poussières laissées dans le sillage de la comète de Halley. Très lumineuses, elles sont observables entre le 2 octobre et le 7 novembre cette année, et s'annoncent plus intenses qu'à l'accoutumée.

    Lire aussi:

    La pluie d'étoiles filantes des Perséides atteindra son pic le 12 août
    Un intrus détecté dans notre système solaire!
    Un corps céleste unique en son genre découvert dans notre Système solaire
    Tags:
    ciel, étoiles filantes, Orion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik