Ecoutez Radio Sputnik
    Opération chirurgicale. Image d'illustration

    Des sœurs siamoises séparées au cours d'un véritable exploit médical

    © Sputnik . Alexander Polegenco
    Sci-tech
    URL courte
    0 110

    Les jumelles soudées au niveau du sommet du crâne puis séparées avec succès dans un hôpital de Philadelphia il y a cinq mois se sentent parfaitement bien et poursuivent leur rétablissement.

    Les jumelles siamoises Abby et Erin Delaney, soudées au niveau du crâne depuis la naissance et séparées en juin dernier lors d'une intervention chirurgicale longue de onze heures, se sentent bien et continuent de se rétablir, rapporte le service de presse de l'hôpital pour enfants de Pennsylvanie (CHOP)

    «Aujourd'hui, Abby et Erin sont capables de rester assises indépendamment l'une de l'autre et peuvent être tenues séparément dans les bras de leur mère et leur père, ainsi que ramper et remuer les jambes», constatent les médecins.

    Les deux fillettes craniopages attendaient leur opération depuis février 2017. «Séparer des bébés siamois constitue une opération très complexe qui nécessite un suivi particulier et qui implique une longue période de rétablissement», explique Jesse Taylor, chirurgien esthétique qui a participé à l'opération en compagnie d'une trentaine de professionnels de la santé.

    L'hôpital pour enfants de Pennsylvanie a séparé 23 jumeaux siamois en 60 ans, mais c'était la première fois qu'il avait à opérer des enfants soudés au niveau du sommet du crâne. Selon M.Taylor, il s'agit également de l'une des séparations les plus précoces de jumelles craniopages dans l'histoire de la médecine.

    «Plus les enfants sont jeunes, plus vite ils guérissent, et c'est pour cette raison que nous avons choisi de séparer Abby et Erin le plus tôt possible et avec le minimum d'interventions», a déclaré le chirurgien.

    Tags:
    séparation, jumeaux, chirurgie, opération, médecine, Hôpital pour enfants de Pennsylvanie (CHOP), Pennsylvanie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik