Sci-tech
URL courte
6193
S'abonner

Le super volcan endormi américain du Yellowstone a récemment fait la une comme une cause possible de destruction du monde tel que nous le connaissons, mais doit-on réellement s’attendre à cette explosion? Un chercheur essaie de dissiper nos craintes.

Le volcan endormi situé dans le parc national de Yellowstone peut se réveiller à tout moment, mais cela ne signifie pas qu’il explosera, a déclaré le géophysicien Kelly Martin sur le site Quora, une plateforme internet sur laquelle de nombreuses personnes répondent à des questions de manière documentée.

«Le super volcan a éclaté, il y a environ 630.000, 1,3 million et 2,1 millions d’années. Cela présente des intervalles de 800.000 ans et de 670.000 ans, ainsi qu’un intervalle incomplète de 630.000 ans. Ces données sont insuffisantes pour en tirer des conclusions plus au moins précises», a indiqué M.Martin.

On peut parler d’un intervalle moyen de 500.000 à un million d’années, mais ce n’est pas une réponse scientifiquement juste.

Les données supplémentaires étudiées par l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS), chargé de surveiller l'activité volcanique dans le Parc national de Yellowstone, permettent d’affirmer qu’entre 15 et 20 éruptions volcaniques formant des caldeiras se sont produites dans cette région en 16,5 millions d’années. Cela permet de s’attendre à une éruption importante tous les 825.000 à 1,1 million d’années. Mais les récentes éruptions de Yellowstone sont très peu espacées dans le temps.

«Cela signifie-t-il que la récente fréquence des éruptions était anormale et que le prochain intervalle sera plus longue (environ un million d’années, soit dans 370.000 ans)? Ou bien doit-on croire que les éruptions deviennent plus fréquentes et que la prochaine sera encore plus rapprochée (tous les 600.000 ans, soit à n’importe quel moment)?» se demande le scientifique.

Les volcans «ne sont pas des métronomes ou des réveils», d’après lui. Ce sont des systèmes complexes qui évoluent sous l’influence de processus géologiques à long et à court terme. Les connaissances scientifiques sur ces processus sont très incomplètes pour pouvoir faire des prévisions précises.

Une récente étude affirmant que l’explosion de Yellowstone risque d’anéantir l’humanité, qui a fait la une des médias, ne dit rien que la date où le super volcan se réveillera. Elle ne fait que noter que la plus récente éruption a eu lieu au Yellowstone plus tôt que prévu.

«Les grandes éruptions sont généralement précédées de petites éruptions de lava de type non explosif, de séismes, de glissements de terrain, etc.», rappelle le chercheur.

Les scientifiques croyaient qu’ils pouvaient estimer l’imminence d’une explosion catastrophique compte tenu du changement de la fréquence des événements géologiques qui précèdent ou suivent une catastrophe. Ces changements pouvaient prendre des siècles.

Mais il s’est avéré que les signes précurseurs peuvent être enregistrés à seulement une dizaine d’années d’une catastrophe, ce qui est assez court.

D’autre part, il faut également prendre en considération le fait que de nombreuses éruptions de type non-explosif ont déjà eu lieu dans la caldeira de Yellowstone durant son existence.

La plus récente éruption de laves à Yellowstone s’est produite, il y a seulement 70.000 années. Le volcan de Yellowstone peut se réveiller sans exploser ce qui ne présente pas de danger pour le monde, conclut M.Martin.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
Tags:
explosion, éruption, catastrophe naturelle, volcan, parc national de Yellowstone, Kelly Martin (chercheur), États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook