Sci-tech
URL courte
0 40
S'abonner

Les spécialistes russes en physique nucléaire ont développé un dispositif qui permettra de simuler les processus de manipulation du combustible nucléaire dans le cadre du projet atomique russe Proryv (Percée) et d'exploiter ainsi le plus efficacement possible les technologies nécessaires pour développer l'énergie nucléaire du futur.

Le projet Proryv est destiné à la mise au point des technologies de fermeture du cycle du combustible nucléaire à base de réacteurs à neutrons rapides. Selon les spécialistes, l'utilisation des résultats du projet dans la pratique créera les prémisses au renforcement du leadership de la Russie sur le marché mondial des technologies nucléaires.

Dans le cadre du projet Proryv est développé le projet de réacteur nucléaire de nouvelle génération avec un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium BN-1200 et le projet de complexe énergétique d'essai et de démonstration avec un réacteur rapide à caloporteur plomb BREST-OD-300.

Le concept de fermeture du cycle du combustible pour ces réacteurs implique notamment leur autonomie en plutonium, dont la reproduction est réalisée avec de l'uranium faiblement enrichi utilisé en tant que matière première. Le régime de travail d'un réacteur concret et ses caractéristiques doivent donc être choisis de sorte à garantir l'autonomie du réacteur en isotopes en scission et à entretenir ce processus durant toute la période d'exploitation. La tâche consiste ainsi à simuler les processus de manipulation du combustible nucléaire de tels réacteurs.

Pour y parvenir, les spécialistes du MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) de l'Université nationale de recherche nucléaire, en coopération avec leurs collègues du Centre national de recherche Institut Kourtchatov, ont élaboré le code informatique REPRORYV simulant les processus de manipulation du combustible nucléaire en dehors des réacteurs.

Comme l'expliquent ses développeurs, le code REPRORYV (Recycle for PRORYV) simule le processus de chargement et de rechargement du combustible nucléaire dans les zones actives des réacteurs rapides et sa transformation. Le code en question a pour but d'analyser la capacité du réacteur à parvenir à un régime d'autonomie en combustible durant toute sa durée de service.

Le nouveau code permet d'évaluer l'influence, sur les caractéristiques neutroniques physiques finales du réacteur, du contenu de plutonium dans le combustible nucléaire, des conditions de transformation du combustible, et de ses pertes pendant la transformation. Il est primordial de comprendre quels facteurs influencent ces caractéristiques et comment du point de vue de la garantie d'un travail fiable et sûr des réacteurs nucléaires.

Comme l'a déclaré le directeur adjoint du MEPhI Gueorgui Tikhomirov, le code REPRORYV est universel dans le sens où il convient pour simuler les processus de traitement du combustible non seulement des réacteurs à neutrons rapides actuellement exploités, mais également de tous les futurs systèmes de ce type.

De plus, le nouveau code permet de calculer les caractéristiques neutroniques et physiques du combustible nucléaire de toute composition. En outre, le REPRORYV permet de remplir les tâches d'autonomie des matières fissiles des réacteurs rapides qui fonctionnent dans le système énergétique nucléaire dit binaire — conjointement avec les réacteurs à neutrons thermiques constituant la base de l'énergie nucléaire contemporaine.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Le siège de CNN à Atlanta vandalisé par des manifestants après la mort de George Floyd - vidéo
Tags:
recherche, nucléaire, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook