Ecoutez Radio Sputnik
    Triakis semifasciata

    Un millier de requins au cerveau dévoré aux USA: des scientifiques en dévoilent la cause

    CC BY 2.0 / Jennifer Peyton / Triakis semifasciata
    Sci-tech
    URL courte
    17137

    Des centaines de requins se sont échoués cette année sur les plages californiennes et, déshydratés, y ont trouvé la mort. Des scientifiques ont expliqué la raison de ces morts mystérieuses.

    La mort de plus de 1.000 requins-léopards dans la baie de San Francisco est due aux bactéries «mangeuses de cerveau», d'après des scientifiques, cités par National Geographic.

    Plus tôt cette année, des centaines de requins-léopards ont été trouvés morts dans un certain nombre de zones aux États-Unis, y compris sur les plages de Foster City, de Hayward, de San Francisco et de Berkeley.

    Les scientifiques sont arrivés à la conclusion que ces requins étaient morts des suites d'une infection cérébrale. Quelque chose s'infiltrait dans le nez des requins, remontant dans leur cerveau et le mangeant, ce qui désorientait les poissons, de ce fait ils finissaient soit par s'échouer, soit par mourir, relate National Geographic.

    L'analyse moléculaire subséquente du liquide céphalorachidien des requins tués a poussé les chercheurs à pointer du doigt le parasite Miamiensis avidus qui, selon eux, provoque des symptômes similaires chez d'autres habitants de la mer.

    «Je suis relativement convaincu que dans ces animaux il y a le Miamiensis avidus. Notre identification au niveau des espèces, au niveau moléculaire, est très bonne», a déclaré Hanna Retallack, docteure en médecine diplômée de l'Université de Californie, citée par National Geographic.

    Lire aussi:

    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Un important incendie s’est déclaré à Clichy - images
    Paris pourrait rejoindre une coalition avec Londres pour «sécuriser» le détroit d’Ormuz
    Tags:
    requins, San Francisco, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik