Sci-tech
URL courte
025
S'abonner

Les USA partent à la chasse d’un «poisson satanique», et non, cela ne fait pas partie des célébrations d’Halloween! Le Satan eurystomus, qui a été repéré pour la dernière fois en 1984, fera l'objet d'une nouvelle chasse de la part des scientifiques américains qui annoncent le début des recherches de ce poisson rare au nom diabolique.

Des spécialistes de l'Université du Texas à Austin ont annoncé le début des recherches d'un rare poisson-chat d'Amérique du Nord qui se trouve dans les réservoirs souterrains de l'État, annonce la chaîne KCAT.

Seul représentant du genre Satan eurystomus (en latin, «Satan à large bouche»), le poisson a été découvert au milieu du siècle dernier. Toutefois, les scientifiques l'ont vu  pour la dernière fois en 1984. Les biologistes ont effectué des recherches de 2006 à 2010, mais en vain. Actuellement, l'équipe de scientifiques cherche des fonds pour lancer de nouveaux travaux sur le terrain qui aideront à déterminer quels facteurs environnementaux ont mené au déclin ou à la disparition de l'espèce.

Le «poisson-Satan» se distingue par sa peau claire, sa vessie natatoire réduite, le fait qu'il n'a pas d'yeux, ainsi que par son crâne cartilagineux, à la différence du crâne osseux de son plus proche parent. Le poisson atteint 13 centimètres de longueur et vit dans les puits artésiens du Texas.

«Les poissons-Satans sont en fait des créatures exceptionnelles. La plupart des habitants de San Antonio ne savent pas qu'ils vivent sous eux, j'ai entamé cette étude pour découvrir ce qui s'y passe et sensibiliser les gens à la biodiversité de l'État», a déclaré le chef de l'équipe Den Hendrickson, scientifique de l'ichtyologie de l'Université d'Austin.

Étant, selon les scientifiques, les meilleurs prédateurs dans leur habitat, ces poissons peuvent en apprendre beaucoup aux chercheurs concernant l'ensemble de l'écosystème des réservoirs souterrains de la région.

Lire aussi:

«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Ces communes privées de leurs médecins réfractaires à l’obligation vaccinale
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
États-Unis, poisson, chercheurs, recherche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook