Ecoutez Radio Sputnik
    Fragment des restes d'un ichtyosaure

    Un monstre marin de l’époque jurassique déterré en Inde

    © Sputnik . Lubov Chilikova
    Sci-tech
    URL courte
    0 140

    Une découverte «stupéfiante» en Inde va permettre de réviser les idées reçues concernant l'expansion géographique des ichtyosaures. Un squelette presque intact du «dragon des mers» a en effet été excavé dans une région inattendue.

    Les ossements d'un «monstre marin» ont été récemment mis au jour dans le nord de l'Inde. Le monstre qui errait dans les eaux il y a plus de 150 millions d'années et qui se nourrissait d'autres formes de vie marine a été déterré dans l'ouest de l'état du Gujarat après de longs mois de travail, relate l'agence Chine nouvelle.

    Des paléontologues ont mis au jour le squelette fossilisé d'un ichtyosaure «presque complet» datant de l'ère jurassique, un reptile marin semblable à un poisson, surnommé le «dragon des mers», qui mesure plus de cinq mètres de long.

    ​Toutes les découvertes précédentes ne dataient pas de plus de 50 millions d'années et ne contenaient généralement que des dents isolées ou des vertèbres très mal préservés.

    Cette découverte a été jugée «stupéfiante» par les chercheurs. Elle permet un éclairage sur l'évolution et la diversité des ichtyosaures dans cette région de l'ancien Gondwana, et de mettre au jour les liens biologiques de l'Inde avec les autres continents pendant l'ère du Jurassique, selon Sciencepost.

    Les fossiles d'ichtyosaures sont répandus dans l'hémisphère nord, mais très rares le sud, expliquent des scientifiques. La découverte permettra donc de comprendre l'expansion et l'évolution biogéographique des ichtyosaures.

    Lire aussi:

    Des scientifiques argentins découvrent le plus ancien reptile de l'Antarctique
    Le fossile d’un reptile marin âgé de 90 millions d’années retrouvé en France
    Stratégie Indo-Pacifique américaine: changement d’attitude pour New Delhi?
    Tags:
    paléontologie, dinosaures, ichtyosaure, Gujarat, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik