Ecoutez Radio Sputnik
    Jambes

    Des scientifiques révèlent comment le harcèlement sexuel au travail nuit à la santé

    © AFP 2017 Loic Venance
    Sci-tech
    URL courte
    631

    Des scientifiques préviennent que le harcèlement sexuel au travail nuit à la santé et en expliquent les conséquences sur l’organisme humain.

    Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail est un problème commun qui peut être nocif pour la santé, selon le directeur de l'American Psychological Association, Antonio Puente cité par EurekAlert.

    Le spécialiste a évoqué des données de recherche portant sur ce problème, selon lesquelles les personnes souffrant de harcèlement pouvaient développer des dépressions, souffrir de problèmes alimentaires, devenir dépendantes aux drogues et à l'alcool, subir un stress post-traumatique et voir leur niveau de satisfaction face à la vie diminuer.

    L'étude démontre également que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à signaler les cas de harcèlement, mais ces derniers sont plus sujets à des problèmes psychologiques.

    En même temps, les militaires sont dix fois plus souvent victimes de harcèlement que dans la vie civile, et seulement une personne sur cinq prendrait la décision de le signaler.

    M. Puente estime que le harcèlement au travail repose sur un système hiérarchique d'organisation du travail et implique une situation dans laquelle les plaintes de harcèlement ne sont pas prises au sérieux par la direction.

    «Les organisations doivent prendre l'initiative d'élaborer des normes qui préviennent le harcèlement sexuel, des procédures de signalement, et des programmes éducatifs pour les employés sont nécessaires», conclut l'expert.

    Lire aussi:

    Prêcheur saoudien: les femmes elles-mêmes «sont la cause du harcèlement»
    Harcèlement de rue: projet de loi stigmatisant et inefficace?
    La vengeance des femmes: une entrepreneuse veut racheter la société de Weinstein
    Tags:
    science, santé, travail, harcèlement sexuel
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik