Ecoutez Radio Sputnik
    fille

    Chagrin d'amour dure toute la vie: les scientifiques confirment

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    491

    L’amour peut tuer, littéralement, confirme une étude menée par des médecins de l'Université d'Aberdeen. Un stress émotionnel grave peut en effet provoquer un trouble cardiaque qui entraîne les mêmes dommages, à long terme, qu'une crise cardiaque.

    Lors d'une crise, le muscle cardiaque s'affaiblit au point où il ne peut plus fonctionner aussi efficacement. Un effet semblable est produit par le «syndrome du cœur brisé» ou la cardiomyopathie de tako-tsubo, qui est généralement déclenchée par des événements traumatiques de la vie tels qu'un deuil, indique The Independent.

    Alors que des recherches précédentes avaient suggéré que les dommages causés par le «syndrome du cœur brisé» étaient temporaires, les scientifiques de l'Université d'Aberdeen en Écosse ont constaté que ses effets pouvaient être permanents.

    Dans l'étude, financée par la British Heart Foundation (BHF), l'équipe de médecins a examiné 37 patients atteints du syndrome de tako-tsubo pendant une période moyenne de deux ans en utilisant l'échographie et l'IRM.

    Les résultats ont révélé que les participants avaient subi des dommages irréparables au tissu musculaire du cœur. Le muscle cardiaque présentait une élasticité réduite qui empêchait les contractions complètes à chaque battement de cœur.

    Selon une autre étude menée par la Harvard Medical School, plus de 90% des cas rapporté de tako-tsubo sont des femmes âgées de 58 à 75 ans.

    «Le tako-tsubo est une maladie dévastatrice qui peut frapper soudainement des personnes en bonne santé», a expliqué le professeur Jeremy Pearson, directeur adjoint de BHF.

    «Nous pensions autrefois que les effets de cette maladie potentiellement mortelle étaient temporaires, mais maintenant nous pouvons voir qu'ils peuvent continuer à affecter les gens pour le reste de leur vie.»

    M. Pearson a ajouté qu'il n'existait actuellement aucun traitement à long terme pour les patients souffrant du syndrome de takot-subo. Le médecin a toutefois indiqué qu'ils seraient soignés de la même manière que personnes à risque d'insuffisance cardiaque.

    Lire aussi:

    Le «syndrome des gros mots» décrypté par les scientifiques
    Le «syndrome de la guerre irakienne» reconnu comme une maladie
    Les femmes traitées par des femmes survivraient à une crise cardiaque plus souvent
    Tags:
    crise cardiaque, cœur, scientifiques britanniques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik