Sci-tech
URL courte
0 0 0
S'abonner

Chacun a son jardin secret où se cachent ses meilleurs et pires souvenirs. Ces derniers ont pourtant à chaque fois du mal à partir, restant figés dans notre mémoire. Des scientifiques américains disent en connaître la raison, et il semble que le problème soit bien plus complexe qu’on ne pourrait le croire…

Des scientifiques de la Harvard Medical School, dans le Massachusetts, se sont penchés sur le problème de la ténacité des mauvais souvenirs. Essayant d'en trouver la réponse, le spécialiste en neurophysiologie Roy Cox a réalisé une expérience portant sur un échantillon de 50 personnes. Les résultats ont été publiés dans la revue spécialisée Psychology Today.

Dans le cadre de l'expérience, M. Cox et ses collègues ont exposé les participants à des photos au contenu négatif et neutre, comme des images de maisons incendiées ou de chats. Ensuite, certains d'entre eux sont allés dormir pendant 12 heures tandis que les autres restaient éveillés. Le résultat a démontré que les personnes qui ont dormi avaient un meilleur souvenir des images négatives.

Ainsi, les scientifiques ont supposé que le cerveau avait tendance à choisir des souvenirs négatifs afin de protéger l'organisme contre d'éventuelles menaces similaires. Une autre hypothèse propose que différents types d'informations seraient préservés dans différents hémisphères cérébraux, ce qui expliquerait les différences dans leur traitement.

«Le sommeil n'est pas un processus simple. Le cerveau joue un rôle de gardien, essayant de renforcer les jonctions synaptiques les plus importantes, tandis que celles qui sont moins importantes sont, au contraire, affaiblies», a conclu la spécialiste de l'Université de de Pennsylvanie, Sigrid Veasey.

Lire aussi:

Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Résistance au vaccin, nouveaux variants du virus en France: l’épidémie peut-elle dégénérer?
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Tags:
chercheurs, science, sommeil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook