Ecoutez Radio Sputnik
    Mieux que Facebook: comment les animaux créent leurs propres réseaux sociaux

    Mieux que Facebook: comment les animaux créent leurs propres réseaux sociaux

    © Depositphotos/ NatashaFedorova
    Sci-tech
    URL courte
    3100

    Si vous croyez que les animaux ne savent communiquer entre eux que lors de leur rencontre, détrompez-vous! Ils sont bien capables de laisser des messages et même de créer leurs propres «bases de données», permettant de transmettre des informations importantes sur l’environnement.

    Les animaux créent leurs réseaux d'information pour transmettre leurs connaissances non seulement d'une génération à l'autre mais aussi entre des spécimens qui ne se sont jamais rencontrés par le passé. Ainsi, un spécialiste russe en zoologie, Nikolaï Naumov, évoque l'existence d'un «champ de signal» qui pourrait être l'équivalent d'un réseau social, mais en version animale.

    Ce champ formé par différents moyens sert de base de données, incrustée dans l'environnement. Ainsi, les animaux sauvages savent passer par des sentiers sécurisés en se dirigeant, par exemple, vers un abreuvoir.

    «Des renards blancs sur les îles Komandorski ont appris à créer des repères qui les empêchent de quitter un sentier sécurisé et de se perdre dans le brouillard. Sous l'influence d'étrons d'animaux, le sol change. Résultat, des mottes allant jusqu'à 50 centimètres apparaissent dans les endroits où ces repères avaient été laissés. Ces indices se forment pendant des décennies, donc sur plusieurs générations de renards blancs. Les repères peuvent s'effacer ou apparaître à d'autres endroits, en conformité avec les changements du site», explique la spécialiste de l'Université d'État de Moscou, Elena Kroutchenkova.

    D'après les scientifiques, des nids ou des terriers qui existent pendant assez longtemps sont ainsi susceptibles de transmettre les informations importantes aux futures générations pour survivre.

    Les expériences ont démontré que les gerbilles préfèrent peupler les colonies vides de leur espèce que d'explorer de nouveaux terrains. Le même comportement est adopté par les Otariidés.

    En revanche, les loups créent leurs repères en se servant d'os d'animaux tués, leur donnant une odeur particulière avec leur urine. Sous l'influence de l'urine, l'herbe jaunit, ce qui sert de repère supplémentaire pour ces carnivores.

    Une gerbille
    CC0 / Pixabay
    Une gerbille

    Néanmoins, comme l'indiquent les chercheurs, des mêmes «champs de signaux» peuvent être utilisés pendant différentes périodes par diverses espèces d'animaux. Ainsi, les employés de la réserve naturelle de Darwin, située au nord-est de la Russie, ont constaté que sur des périodes différentes, un seul terrier pouvait service à abriter consécutivement des renards, des blaireaux, des loups et des chien viverrins.

    Lire aussi:

    Les animaux sauvages sont-ils tous apprivoisables? La réponse des chercheurs russes
    Des scientifiques prouvent la capacité des chiens à sentir des cancers
    La zone d'exclusion de Tchernobyl, paradis des animaux rares
    Tags:
    chercheurs, science, nature, animaux
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik