Ecoutez Radio Sputnik
    Roboter (Symbol)

    L’homme politique idéal monte sur scène en Nouvelle-Zélande

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    119

    Des ingénieurs néozélandais ont réussi à créer un homme politique virtuel, qui serait au-delà de toute critique vu son impartialité et son sens de la loyauté inné. Du moins, c’est ce qu’estime son concepteur.

    Un programmeur néozélandais a créé le premier homme politique virtuel, qui a une voix féminine et est affublé du nom de SAM. Il communique avec ses électeurs, réels ceux-ci, à l'aide de Facebook Messenger, relate la chaîne américaine CNN.

    «Ma mémoire est illimitée, si bien que je n'oublie jamais et tiens compte de tout ce que vous me dites. Contrairement aux réels hommes politiques, je prends compte de manière impartiale de l'opinion de toutes les personnes concernées», affirme le bot.

    À en croire son concepteur, Nick Gerritsen, le bot pourrait participer à l'élection présidentielle de 2020 en Nouvelle Zélande, à condition qu'il ait le temps de s'y préparer.

    Il est évident que SAM ne pourrait pas répondre à toutes les questions qu'on lui poserait. Ainsi, il préférera passer sous silence l'accord de partenariat transpacifique (TPP), le nucléaire nord-coréen et la politique du Président Trump. «Toute contribution est utile, même si je n'ai pas encore de réponse définitive», a-t-il l'habitude de répondre dans ces cas.

    Toutefois, le bot n'a pas sa langue dans sa poche lorsqu'il est question du réchauffement climatique et du système de santé de la Nouvelle-Zélande. 

    Lire aussi:

    Elle ne vous ignorera jamais: une femme politique virtuelle «naît» en Nouvelle-Zélande
    Élections au Bundestag: l’AfD doit-elle sa percée au soutien des «bots russes»?
    «Fabrique de bots» US: comment l’Iran et la Russie se préparent-ils à parer l’attaque?
    Tags:
    SAM, intelligence artificielle, robot, Nouvelle-Zélande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik