Sci-tech
URL courte
265
S'abonner

Des paléontologues chinois et brésiliens ont découvert plus de 200 œufs fossilisés de ptérosaure, soit un nombre 30 fois supérieur à celui de la plus importante découverte jamais faite à ce jour.

Un groupe de chercheurs chinois et brésiliens a découvert dans la région de Hami, dans le nord-est de la Chine, plus de 200 œufs fossilisés de ptérosaures en état de conservation exceptionnelle, annoncent les médias chinois.

Les fossiles découverts remonteraient à près de 120 millions d'années. Au total, 215 œufs ont été extraits d'un bloc de roche de trois mètres de long, qui pourrait en contenir au total près de 300, soit la plus grande collection de fossiles de ce type jamais mise au jour.

Seize d'entre eux présentant des embryons sont visibles en trois dimensions, alors que la plupart des fossiles découverts jusqu'à présent étaient beaucoup moins bien préservés.

Grâce à cette découverte, les chercheurs ont pu étudier les embryons et découvrir que les petits étaient capables de courir, à défaut de pouvoir déjà voler.

Aucune dent n'a été observée dans l'échantillon étudié par les paléontologues, alors que les embryons de lézards et de crocodiles en ont. Deux possibilités: soit les embryons de ptérosaures ont été pétrifiés alors que leur développement n'était pas achevé, soit l'éruption des dents intervient plus tard chez cette espèce.

Les fossiles découverts en Chine appartiennent à l'espèce nommée Hamipterus tianshanensis. La taille de ces ptérosaures était d'environ 1, 20 m, avec une envergure qui pouvait aller jusqu'à 3,5 m une fois les ailes déployées.

Lire aussi:

Julian Assange officiellement déchu de sa nationalité équatorienne
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Vladimir Poutine «a un vrai problème»? Le Kremlin répond à Joe Biden
Tags:
conservation, fossiles, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook