Ecoutez Radio Sputnik
    le Pacifique

    Quelle est cette créature qui vit dans les profondeurs de la fosse des Mariannes? (vidéo)

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    6491

    Une créature étrange a été découverte par des scientifiques à 8,1 kilomètres de profondeur dans la fosse des Mariannes, dans l’océan Pacifique.

    Bien des surprises inattendues sont souvent réservées aux scientifiques par la nature. Ainsi, une créature étrange a été découverte à 8,1 kilomètres de profondeur dans la fosse des Mariannes, dans l'océan Pacifique.

    Selon les scientifiques, il s'agit d'une espèce de gastéropode opisthobranche marin (Pseudoliparis swirei).

    Cette bête n'a pas l'air particulièrement impressionnante, contrairement à la lotte ou à d'autres habitants des grands fonds. Elle ressemble surtout à un têtard visqueux. En revanche, son anatomie fait qu'elle peut survivre au plus profond de l'océan sous des pressions écrasantes et dans des ténèbres oppressives.

    D'après les chercheurs britanniques, la profondeur de 8,2 kilomètres serait théoriquement le maximum pour permettre aux poissons de vivre.

    Par ailleurs, comme l'indique un autre auteur de ces recherches, Mackenzie Gerringer, ces poissons ne semblent pas être assez solides pour vivre dans des conditions aussi extrêmes. Ils arrivent pourtant à le faire.

    «C'est incroyable de voir tout ce qui vit là-bas. Nous estimons que c'est un environnement difficile parce que c'est extrême pour nous, mais il y a tout un groupe d'organismes qui sont très heureux là-bas. Il y a encore beaucoup de surprises qui nous attendent», a conclu M. Gerringer.

    Lire aussi:

    Que cache le site le plus profond de la Terre, la fosse des Mariannes?
    Les nouvelles espèces découvertes en 2017 qui ont bouleversé le milieu scientifique
    La fosse des Mariannes est-elle polluée jusqu’à une profondeur de 10.000 m?
    Tags:
    créature, monstre, vidéo, chercheurs, science, fosse des Mariannes, océan Pacifique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik