Sci-tech
URL courte
0 60
S'abonner

Les méthodes modernes ont permis d’expliquer comment les pétoncles utilisent leurs 200 yeux. Le mécanisme ressemble à celui d’un télescope, mais on ignore toujours comment le «cerveau» du bivalve fonctionne.

Les créatures océaniques sont connues pour leurs yeux étranges, mais les pétoncles ont l'un des systèmes visuels les plus étranges de tous.

Ces bivalves marins ont jusqu'à 200 yeux, chacun d'eux utilise un miroir au lieu d'une lentille pour focaliser la lumière. Les biologistes savent depuis les années 1960 que ces miroirs concaves sont faits à partir de cristaux de guanine, un matériau hautement réfléchissant qu'on trouve partout, allant des écailles de poisson à la peau du caméléon.

Bien que ces cristaux forment généralement des prismes volumineux, les cristaux dans l'œil du pétoncle sont sous forme de carrés parfaits qui, comme des miroirs de télescope, créent une surface lisse qui minimise les distorsions optiques.

À présent, les scientifiques ont démontré comment fonctionnent ces miroirs. À l'aide de simulations par ordinateur, ils ont constaté que lorsque la lumière se propage en ligne droite, elle frappe la partie supérieure des deux rétines du pétoncle. Mais quand la lumière entre obliquement, elle touche la rétine inférieure, améliorant la vision périphérique de la coquille avec une lumière faible, rapportent-ils dans Science.

Ils émettent également des hypothèses sur l'interprétation qu'ont ces animaux des images provenant simultanément de 200 yeux différents. Cela se fait grâce à un processus dans le «cerveau» du pétoncle qui les combine toutes en une seule image cohérente. Le mécanisme de ce cerveau demeure cependant un grand mystère.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Tags:
océan, mollusque, vision, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook