Sci-tech
URL courte
480
S'abonner

Des chercheurs de l’Université de Bristol en sont venus à la conclusion que les effets néfastes du surpoids avaient été sous-estimés.

Une étude des chercheurs de l'Université de Bristol publiée sur le site EurekAlert démontre qu'avoir trop d'embonpoint a un plus fort impact sur la mortalité qu'on ne le croyait auparavant.

L'équipe de la Bristol Medical School et leurs collègues de l'Université norvégienne des sciences et de la technologie ont analysé l'indice de masse corporelle (IMC), la santé et la mortalité d'environ 60.000 parents et de leurs enfants parvenus à l'âge adulte.

Il s'est avéré que, contrairement aux études précédentes, le surpoids augmentait sensiblement le risque de décès.

Le problème était dans le fait que les études précédentes n'étaient pas parvenues à découvrir la simple relation entre l'obésité et la mortalité car les déductions des chercheurs étaient influencées par des maladies ultérieures.

La présente étude part du fait que l'IMC des parents et celui de leurs enfants sont liés génétiquement et que les maladies des parents ne sont pas en lien avec l'IMC des enfants. Se basant sur l'IMC des enfants et le taux de mortalité des parents, les chercheurs ont découvert une influence directe de l'obésité sur le risque de décès.

Ils ont ainsi démenti le mythe d'après lequel un léger embonpoint ne pouvait pas avoir une forte influence sur la santé.

«Nous avons constaté que les études antérieures avaient sous-estimé l'impact du surpoids sur la mortalité et nos résultats étayent les conseils actuels de maintenir un IMC entre 18,5 et 25», a déclaré David Carslake, un des auteurs de l'étude.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
mortalité, surpoids, obésité, Université de Bristol
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook