Sci-tech
URL courte
2182
S'abonner

L’étude du contenu de deux sépultures mises au jour sur le site préhistorique de Sungir, près de la ville russe de Vladimir, enrichit notre connaissance du mode de vie des hommes de Cro-magnon au cours du paléolithique supérieur.

Depuis plus d'une trentaine d'années, des fouilles archéologiques sont menées sur le site de Sungir. D'une superficie actuelle de plus de 4 000 kilomètres carrés, il fut découvert en 1955 près de la ville russe de Vladimir, à environ 200 kilomètres au nord-est de Moscou. Les archéologues ont exhumé depuis plus de 80.000 objets datés de 31.000 — 29.000 avant Jésus-Christ. On trouve parmi eux un grand nombre de bijoux, dont ceux découverts sur les squelettes d'un homme adulte et de deux enfants de sexe masculin qui constituent l'un des sujets d'étude de Vladislav Zhiteniov, enseignant à la chaire d'archéologie de la faculté d'histoire de l'Université d'Etat de Moscou.

Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir
© Photo / Vladislav Zhitenev/Moscow State University
Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir

D'après cet archéologue, la fosse dans laquelle reposent de façon horizontale tête contre tête les deux garçons est la sépulture du paléolithique supérieur dans laquelle a jusqu'à présent été découverte la plus grande quantité de bijoux et d'accessoires.

L'étude minutieuse de ces objets, désormais conservés au musée d'Etat de Vladimir-Suzdal, a mis en évidence que les pendentifs en canines de renard et les perles en défense de mammouth avaient été portés longtemps. C'est leur état d'usure qui impose cette conclusion. Au contraire, la figurine de cheval, dont la jambe postérieure est très courte, avait été fabriquée peu de temps avant l'inhumation des enfants, ou peut-être même spécialement pour être déposée dans leur tombe. Ce sont les nombreuses traces encore visibles des instruments utilisés pour la tailler et la polir qui le prouvent.

Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir
© Photo / Vladislav Zhitenev/Moscow State University
Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir

La comparaison des bijoux et accessoires retrouvés dans la tombe de l'homme et dans celle des enfants indique qu'ils appartenaient à des générations certainement peu éloignées. Comme le remarque Vladislav Zhiteniov,
« Nombre des objets retrouvés dans les tombes de l'homme et des enfants ont été réalisés de la même façon, comme s'ils étaient l'œuvre d'un seul homme. Ou les techniques se transmettaient à l'intérieur d'une même famille, par exemple, du père au fils ou de la grand-mère à la petite fille. »

Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir
© Photo / Vladislav Zhitenev/Moscow State University
Des bijoux retrouvés dans la tombe sur le site préhistorique de Sungir

Par ailleurs, si l'homme et les garçons n'avaient pas appartenu à des générations relativement proches, le style dans lequel furent réalisés ces objets aurait certainement été plus différent. Les analyses à venir au carbone 14 auxquels seront soumis les restes et les objets découverts dans ces deux fosses permettront certainement de confirmer cette conclusion en établissant plus précisément avec quel écart l'homme et les enfants furent ensevelis.

Des études comparatives plus poussées des objets en os, en corne et en ivoire découverts sur le site de Sungir, d'une part, et des collections exhumées sur des sites européens contribueront à établir de nouvelles ressemblances et dissemblances du développement des cultures de l'Aurignacien et de la plaine russe.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
fouilles, archéologie, Université d'Etat Lomonossov de Moscou (MGU), Vladimir, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook