Ecoutez Radio Sputnik
    Médecine

    Un traitement anticancéreux pour guérir du Sida?

    © Sputnik . Michail Kirejew
    Sci-tech
    URL courte
    270

    Un médicament utilisé pour traiter un cancer s’est montré efficace contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Un succès à confirmer.

    Une équipe de médecins français a pour la première fois réussi à combattre presque entièrement l'infection par le VIH d'un malade traité pour un cancer du poumon, en utilisant un anticancéreux, lit-on dans la revue Annals of Oncology.

    Ce succès a été réalisé grâce à l'immunothérapie par nivolumab, effectuée par des chercheurs de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et de la Faculté de médecine Pierre et Marie Curie.

    Pour la première fois, les «réservoirs» de virus VIH d'un patient ont considérablement diminué de manière durable. Mais ce succès reste encore à confirmer, soulignent les spécialistes.

    Ces cellules réservoirs recèlent le virus qui y dort. En l'absence de traitement, l'infection par le VIH se développe progressivement dans l'organisme d'une personne «séropositive», c'est-à-dire porteuse du virus, et aboutit à une dégénérescence du système immunitaire.

    La stratégie des chercheurs français consiste à chasser de l'organisme les cellules infectées par le virus en les faisant «entrer en collision» pour leur faire produire du virus; parallèlement, ils stimulent le système de défense immunitaire du patient pour qu'il détruise ce virus le plus vite possible.

    Malgré l'absence d'effets secondaires, les auteurs de l'étude avertissent que l'expérience précédente avait été un échec et que ce cas de guérison est pour l'instant unique. Il faut comprendre à quel point le nouveau médicament est toxique pour les hommes.

    Lire aussi:

    Des virus qui aident le système immunitaire à vaincre le cancer
    Les vaches pourraient nous sauver du VIH
    Des généticiens se rapprochent de la création d’un vaccin contre l’herpès
    Tags:
    sida, VIH, médecine, santé, cancer, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik