Sci-tech
URL courte
11318
S'abonner

Adoptée par la commission exécutive du Comité international olympique (CIO), la décision de suspendre la sélection russe des Jeux olympiques d'hiver 2018 de Pyeongchang, en Corée du Sud, relève de la politique, a déclaré à Sputnik Li Longmou, directeur général adjoint du «Red Star Kunlun», club de hockey pékinois.

La décision de suspendre le Comité olympique russe des Jeux olympiques d'hiver, tout en permettant aux sportifs russes d'y concourir sous la bannière neutre, aura pour conséquence que le programme de hockey aux JO ne proposera pratiquement rien à regarder, en l'absence des deux plus grandes ligues professionnelles que sont la Ligue nationale de hockey (NHL) et la Ligue continentale de hockey (KHL), a estimé Li Longmou dans un entretien accordé à Sputnik.

«Les billets pour les matchs de hockey des JO ne seront évidemment pas écoulés, ce qui ne manquera pas de gravement affecter le développement de cette discipline sportive. Qui plus est, cela pourrait également se répercuter de façon négative sur l'aspect financier des JO d'hiver de Pyeongchang dans leur ensemble», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Il s'est par ailleurs dit solidaire d'Ilia Kovaltchouk, de la sélection de Russie, qui avait dit que les hockeyeurs russes devraient obligatoirement aller aux JO, car y renoncer reviendrait à capituler.

«Je suis d'accord avec ce que dit M.Kovaltchouk. Il faut participer. La décision du CIO est effectivement une décision politique, guerre froide dans le sport. Quoi qu'il en soit, les joueurs de Kunlun doivent respecter les décisions de la KHL, conformément à nos ententes. Si la KHL déclare qu'elle ne participera pas aux JO, nous devrons nous y plier et ne pas envoyer nos hockeyeurs aux jeux», a expliqué M.Li.

Mardi, la commission exécutive du Comité international olympique (CIO), réunie mardi à Lausanne, en Suisse, a annoncé sa décision de suspendre le Comité olympique russe pour les Jeux olympiques d'hiver 2018 qui auront lieu du 5 au 25 février à Pyeongchang, en Corée du Sud. Les sportifs russes pourront y concourir sous la bannière neutre.

Lire aussi:

Alerte en Algérie après la réapparition du poisson lièvre
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec des symptômes du coronavirus
BFM TV annonce une rencontre entre Macron et Arafat, pourtant décédé en 2004 – vidéo
Tags:
billet, suspension, match, participation, hockey sur glace, JO 2018 de Pyeongchang, National Hockey League (NHL) américaine, KHL (Ligue continentale de hockey russe), Comité international olympique (CIO), Sputnik, Ilia Kovaltchouk, Li Longmou, Pyeongchang, Lausanne, Suisse, Corée du Sud, Pékin, Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik