Sci-tech
URL courte
14815
S'abonner

C’est désormais une tradition: chaque année au mois du décembre, le monde entier se prépare à la fin des temps, qui aurait été prédite par le fameux calendrier maya. Quid de cette année-ci?

Noël approche à grand pas et les spéculations sur la fin du monde à venir «prédite» par les Mayas refont surface… Non-sens!, a affirmé dans une interview à RT la directrice du Centre mésoaméricain Knorosov de l'Université d'État des sciences humaines de Russie.

«Quelqu'un veut tout simplement profiter de son nouveau projet commercial. C'est une tentative de plus de faire de l'argent avec du non-sens. Le calendrier maya est un décompte des jours à partir d'une date fixée. Tous les peuples avaient un calendrier quelconque, puisque rien dans la vie ne fonctionne sans cela. Mais comment peut-on parler de la fin d'un calendrier? Cela contredit le concept même de calendrier en tant que tel. Aujourd'hui, nous sommes le 7, demain le 8, etc.», a-t-elle expliqué.

C'est d'après un simple calendrier maya que cette incroyable histoire digne d'Orson Wells ou d'Howard Philips Lovecraft est devenue l'un des sujets «fantastiques» les plus consultés sur les sites internet et autres blogs cherchant à s'attirer une «clientèle» à la recherche d'angoisses et de sensations fortes.

C'est évidemment aux Etats-Unis que cette théorie loufoque est née en 1975, se développant lentement jusqu'à la fin des années 80.

En 2009, après le succès mondial du film catastrophe 2012, lui-même tiré du best-seller de Steven Alten Le Testament maya, la théorie est sortie de son cadre folklorique pour presque devenir une réalité.

Lire aussi:

Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Un incident survient entre des blindés russes et américains en Syrie – vidéo
Des Su-24 russes détruisent un char et 6 véhicules blindés des terroristes en Syrie
Tags:
mayas, apocalypse, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook