Sci-tech
URL courte
0 413
S'abonner

Des scientifiques australiens ont constaté que ceux qui avaient les visages minces paraissaient en meilleure santé. Ces conclusions pourraient aider à diagnostiquer l'état de santé selon la forme du visage, indique le Daily Mail.

Des chercheurs de l'Université Macquarie, en Australie, ont conclu que les gens aux visages minces paraissaient en meilleure santé. Tandis qu'une quantité moindre de graisse sur le visage serait, selon certains, révélatrice d'une tension artérielle normale. Il se peut que ces conclusions débouchent sur la mise au point de diagnostics de l'état de santé en fonction de la forme du visage, indique le Daily Mail.

Les spécialistes ont réalisé les photos de 50 Chinois de Malaisie, de 50 Blancs et de 50 Noirs à expression du visage neutre. Les chercheurs ont également calculé l'indice de masse corporelle (IMC), le pourcentage de graisse dans le corps et la tension artérielle de ces personnes. Par la suite, leur état de santé était évalué sur la photo par des membres du même groupe racial. Une estimation a été également donnée à la dimension et à la forme des visages.

Durant la seconde partie de l'expérience, 26 Blancs ont été priés de changer 60 photos de façon à ce que les gens sur les clichés paraissent au maximum en bonne santé. Il s'est avéré que la forme du visage et l'appartenance à un groupe étaient étroitement liées à la tension artérielle.

Les chercheurs ont également constaté que les gens paraissaient en meilleure santé après la baisse de leur IMC et du pourcentage de graisse.

Lire aussi:

L'Armée nationale libyenne d'Haftar proclame zone militaire la frontière entre la Libye et l'Algérie
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Tags:
visage, santé, Daily Mail, Université Macquarie, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook