Ecoutez Radio Sputnik
    Des scientifiques expliquent pour quelle population les dentiers sont nocifs

    Des scientifiques découvrent les risques des recours aux dentiers

    © Sputnik . Sergey Krasnouhov
    Sci-tech
    URL courte
    463

    L'utilisation de dentiers menace la santé des personnes souffrant de malnutrition. Cette conclusion a été trouvée par des scientifiques du Royal College of London. L'étude est publiée dans la revue Geriatrics & Gerontology International.

    L'utilisation de dentiers menace la santé des personnes souffrant de malnutrition. Cette conclusion a été trouvée par des scientifiques du Royal College of London. L'étude est publiée dans la revue Geriatrics & Gerontology International.

    Les fausses mâchoires empêchent de mâcher des aliments sains comme par exemple, de la viande, des noix, des fruits et des légumes. Les mêmes difficultés existent pour ceux qui ont déjà perdu leurs dents, mais ne portent pas de prothèses dentaires. Comme le notent les chercheurs, dans les deux cas, en raison de la malnutrition, les muscles, les os et les articulations s'affaiblissent.

    «Jusqu'à présent, presque toute la lutte contre la malnutrition est basée sur les régimes alimentaires et sur le développement de l'approche alphabétique des gens. L'influence des dents sur les problèmes dus la vieillesse est niée», a déclaré l'un des auteurs de la recherche.

    L'étude a impliqué plus de 1800 personnes, l'âge moyen des participants était de 62 ans. Ils ont été divisés en groupes (selon leur nombre de dents), ils ont calculé l'indice de masse corporelle et analysé l'état des dents, des tissus musculaires et des os. Les résultats ont montré que la présence de dents artificielles augmente le risque de malnutrition ou de «fragilité» de 32%.

    Lire aussi:

    L'armée lettone en pénurie de soldats à cause… de leurs problèmes de dentition!
    Où vivaient les premiers hommes? On en sait plus grâce à leurs dents
    Les Néandertaliens étaient d’habiles dentistes
    Tags:
    dents, recherches, médecine, chercheurs, Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik