Ecoutez Radio Sputnik
    L'île de Skye

    Une météorite s'est-elle abattue sur l'Ecosse il y a 60 millions d'années?

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    271

    En étudiant des roches volcaniques sur l'île de Skye en Écosse, des géologues ont découvert les traces d'un météorite qui y est tombé il y a plusieurs dizaines des millions d'années.

    Une découverte surprenante a été faite par une équipe de géologues qui étudiaient des roches volcaniques sur l'île écossaise de Skye. À la base d'une ancienne coulée de lave, ces scientifiques ont découvert une couche de dépôts riches en minéraux d'origine extraterrestre, écrit la revue Geologie.

    Au début, ils ont décidé qu'il s'agissait d'une ignimbrite, une roche volcanique formée pendant les éruptions. Cependant, après avoir analysé la roche à l'aide de la microsonde de Castaing, les chercheurs ont découvert qu'elle contenait de l'osbornite riche en vanadium et en niobium, un minéral rare formé dans l'espace et présent dans les météorites. De plus, les fragments d'osbornite étaient entiers ce qui indiquait qu'ils faisaient auparavant partie de la météorite.

    Les scientifiques ont également identifié la reidite, un minéral qui se forme à haute pression lors de la collision d'un météorite avec la terre, et plusieurs autres minéraux qui auraient pu se former à la suite d'une telle collision.

    À sept kilomètres de la découverte, les chercheurs ont trouvé un autre site avec des sédiments qui présentaient une composition minéralogique similaire. L'âge des dépôts était d'environ 60-61 millions d'années et ils ont manifestement été formés quand une météorite est tombée sur l'île, estiment les scientifiques.

    Lire aussi:

    La météorite martienne «Beauté noire» dévoilera les mystères de la planète rouge
    Ces corps célestes qui auraient pu écraser la Terre, bientôt une nouvelle collision?
    Nouvelle théorie: où sont passées les dernières réserves d’eau de Mars?
    Tags:
    météorite, Skye, Ecosse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik