Sci-tech
URL courte
514519
S'abonner

Affirmer que la Terre est plate, cela nécessite du courage… pour admettre votre propre bêtise, selon le cosmonaute russe Sergueï Riazanski. Tout juste revenu de l’ISS, il a commenté pour Sputnik la flambée de la théorie de la Terre plate en Occident et expliqué les raisons de cette démarche anti-scientifique.

Un débat qui fait retourner Galilée dans sa tombe a fait son grand retour en 2017: la Terre est-elle vraiment ronde? La fin de l'année a été marquée par l'essor de la théorie de la Terre plate qui à la fois terrifie et fait rire les scientifiques et les spationautes. Après avoir passé plus de quatre mois en orbite, le cosmonaute russe Sergueï Riazanski a donné son avis sur cette théorie.

«En ce qui concerne la Terre plate, vous savez, c'est la tendance du temps. Il est tellement facile de troller une personne célèbre sur les réseaux sociaux, l'attaquer et l'insulter. […] Je perçois cette théorie de la Terre plate comme un excellent trolling cosmique de masse, rien de plus. Bien sûr, rien de sérieux derrière cette théorie n'en vaut la peine. C'est juste du hooliganisme pour voir ce qui va se passer, que répondra le cosmonaute. Sur les réseaux sociaux, je ne communique pas, parce que je suis désolé de perdre mon temps pour expliquer aux gens la physique la plus simple», a-t-il répondu à la question de Sputnik.

Le cosmonaute russe tient à comparer le niveau de trolling de cette théorie au jeu d'enfant populaire en Russie «Achète un éléphant». Le jeu des petits trolls russes consiste à embêter la personne avec la même demande insensée, par exemple: «Achète un éléphant» — «Pourquoi?» — «Tout le monde dit "pourquoi", mais toi, achète un éléphant».

«Maintenant, c'est infini», poursuit le cosmonaute russe de 43 ans. «Ils ne croiront aucune preuve, parce qu'"achète un éléphant". Et tout vient de l'Occident, probablement parce qu'il n'y a pas un enseignement fondamental aussi profond, les gens n'ont pas une base en physique aussi fondamentale, comme dans notre pays», a-t-il souligné.

Le cosmonaute russe Sergueï Riazanski avec une étudiante
© Sputnik . Anna Dedkova
Le cosmonaute russe Sergueï Riazanski avec une étudiante

Tandis que les partisans de la théorie de la Terre plate ont tenu en novembre leur propre conférence dans le but de rejeter l'idée d'une Terre ronde, le cosmonaute russe ne peut absolument pas comprendre «comment on peut vraiment croire en ces absurdités».

«D'un autre côté, pourquoi pas, bien, si un homme est déterminé à troller, alors il vient sur internet. En même temps, si vous remarquez, en général, ce sont des gens qui inventent des pseudos et n'agissent pas toujours sous leur vrai nom. Parce c'est aussi admettre votre propre bêtise, il faut avoir du courage», a conclu le Russe.

L'Italien Paolo Nespoli, le Russe Sergueï Riazanski et l'Américain Randy Bresnik sont revenus jeudi 14 décembre sur Terre après avoir passé plus de quatre mois en orbite à bord de la Station spatiale internationale.

En août dernier, les cosmonautes russes Sergueï Riazanski et Fiodor Iourtchikhine ont enfilé leurs scaphandres et sont sorties de la Station spatiale internationale pour se retrouver dans l'espace. Durant l'«escapade» réalisée dans le cadre du projet de RT Spacewalk 360, ils ont tourné une vidéo panoramique sur 360° censée démontrer une fois pour toutes que notre planète n'est pas plate. Or, les partisans intransigeants de la théorie de la Terre plate, qui existe depuis plus de 2.300 ans, ne sont pas faciles à convaincre. Selon eux, il ne s'agirait que d'une vidéo truquée ou d'une image de synthèse.

Lire aussi:

Interpellé à 249 km/h sur l'autoroute, il explique être prêt à tout pour respecter le couvre-feu
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
espace, cosmonaute, Théorie de la terre plate, Holding spatial russe Roscosmos, Sergueï Riazanski, Terre, Occident, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook