Ecoutez Radio Sputnik
    Le cosmonaute russe Fedor Iourtchikhine

    Ce que l’on sait sur le nouveau scaphandre Orlan-MKS des cosmonautes russes (images)

    © NASA.
    Sci-tech
    URL courte
    Anna Dedkova
    3264

    Les équipages russes à bord de l’ISS s’apprêtent à rafraîchir leur garde-robe: en 2017, l’Orlan-MKS, scaphandre équipé d’un système automatique de contrôle thermique, a subi les premiers tests. Le cosmonaute Sergueï Riazanski a confié que «le nouveau scaphandre s'est parfaitement comporté» et a comparé le nouvel équipement à l’ancien.

    «Modernisé», «Informatisé», «Synthétique», tel est le nouveau scaphandre Orlan-MKS des cosmonautes russes, équipé d'un système automatique de contrôle thermique unique en son genre. Cette année, l'équipement a été testé par le cosmonaute russe Fiodor Iourtchikhine qui a effectué une sortie depuis l'ISS avec son collègue Sergueï Riazanski. Pendant leur mission de 7 heures et 34 minutes, les deux cosmonautes ont prélevé des échantillons sur la paroi extérieure de la station orbitale et ont mis en orbite plusieurs mini-satellites.

    Lors d'une conférence de presse, Sergueï Riazanski a communiqué les impressions de son collège sur le nouveau scaphandre.

    «Pendant le travail, il [Iourtchikhine] n'a pas été distrait par la régulation du système de contrôle thermique. Environ toutes les 45 minutes, la combinaison devient chaude au soleil, jusqu'à environ 70 degrés, et à l'ombre les températures peuvent tomber jusqu'à —70°, —100°… Par conséquent, dans mon ancienne combinaison, j'ai dû ajuster manuellement le système de contrôle thermique. Et Fiodor Iourtchikhine a travaillé dans l'Orlan, où ce système est automatique. Il a parfaitement fonctionné, le nouveau scaphandre s'est parfaitement comporté lors des tests. Le fait que Fiodor ne l'ait pas remarqué signifie qu'il a bien fonctionné», a révélé le cosmonaute russe.

    Le scaphandre nécessite plus de tests pour s'intégrer complètement dans le segment russe de l'ISS, a ajouté M. Riazanski.

    Les deux cosmonautes russes ont tourné une vidéo impressionnante de leur sortie extravéhiculaire avec une caméra GoPro.

    En 2013, l'entreprise NPP Zvezda basée dans la ville de Tomilino, au sud-est de Moscou, avait développé une nouvelle version de la combinaison spatiale Orlan, qui a été portée par les cosmonautes russes pendant pas moins de 135 sorties dans l'espace. La combinaison améliorée a été baptisée Orlan-MKS, où MKS signifie «modernisé», «informatisé», «synthétique» en russe.

    Selon la société, l'Orlan-MKS comprend les nouveaux éléments suivants: un système de contrôle thermique entièrement automatisé, un ordinateur intégré, une résistance améliorée à l'usure.

    L'innovation la plus importante de l'Orlan est son système informatisé de contrôle thermique, unique en son genre. Bien que les cosmonautes puissent toujours ajuster la température à l'intérieur de la combinaison avec les commandes manuelles traditionnelles, le nouveau système a été conçu pour surveiller l'intensité du travail du cosmonaute et ajuster les conditions thermiques à l'intérieur de la combinaison. En conséquence, les cosmonautes devaient consacrer moins de temps et d'attention à la gestion de la température pendant les sorties dans l'espace.

    Le nouveau scaphandre a une durée de vie de quatre ans. Il est ainsi prévu d'utiliser une combinaison pour 20 sorties dans l'espace, chacune durant jusqu'à neuf heures, indique le site du développeur. Pesant 110 kilos, la combinaison est prévue pour des cosmonautes d'une taille de 165 à 190 centimètres.

    Le nouveau Orlan-MKS, comme ses prédécesseurs, se compose de plusieurs couches. Un corps, ou une cuirasse appelée ainsi par analogie avec l'armure médiévale, fait d'un alliage d'aluminium compose la base du scaphandre. Les manches et le pantalon sont attachés au corps. Le casque hermétique est également rattaché à la cuirasse. Les cosmonautes ne mettent pas la combinaison, ils y entrent par une ouverture située dans le dos. La couche extérieure est dotée d'une protection supplémentaire, incluant la protection micrométéorite.

    À l'intérieur, sous la cuirasse, les vêtements sont complètement différents et il s'agit d'une combinaison de refroidissement par eau (KVO). Elle est imprégnée de dizaines de tubes minces cousus dans le tissu dans lesquels circule de l'eau froide. «Cette eau n'est pas ordinaire, elle contient une grande quantité d'argent pour qu'elle reste fonctionnelle plus longtemps», a déclaré au journal Troud le directeur général de Zvezda Sergueï Pozdniakov. «Le fait est que pendant le travail dans l'espace, le cosmonaute effectue beaucoup d'efforts physiques en générant beaucoup de chaleur. Cette dernière est maîtrisée avec l'aide de la KVO pour éviter la surchauffe et créer des conditions confortables.»

    L'automatisation de la préparation d'u scaphandre pour une sortie dans l'espace est une autre modernisation importante. Orlan-MKS a été conçu pour minimiser le temps nécessaire pour les préparations à la sortie, ce que permettrait au cosmonaute de revêtir sa combinaison sans l'aide d'autres membres de l'équipage.

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Tags:
    scaphandre, Orlan-MKS (scaphandre), ISS, Sergueï Riazanski, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik