Sci-tech
URL courte
5410
S'abonner

Lancé mardi depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, le satellite angolais de télécommunication Angosat-1 a cessé de réagir aux demandes de Roskosmos après avoir été mis en orbite.

L'agence spatiale russe Roskosmos a perdu le contact avec le satellite de télécommunication Angosat, mis en orbite par une fusée porteuse Zenith-2SB, lancée depuis le cosmodrome de Baïkonour le 26 décembre 2017.

«Après la séparation de l'étage de fusée "Fregat", le satellite est entré en contact, mais plus tard, la connexion a été perdue, la télémesure a cessé d'arriver», a déclaré à Sputnik une source dans l'industrie spatiale.

Les moyens de suivi américains confirment le fait que le satellite Angosat-1 n'est pas tombé et se trouve en orbite, a confié la source.

Le développeur du satellite, entreprise russe RKK Energia a confirmé le contact perdu avec l'appareil. Les spécialistes du développeur travaillent sur le rétablissement du contact avec Angosat-1.

Le 27 décembre au matin, Roskosmos a annoncé que le satellite «Angosat» construit par une entreprise russe à la demande de l'Angola était entré en orbite et s'était séparé de l'étage «Fregat».

Selon la source de Sputnik, les spécialistes comptent récupérer le contact avec le satellite dans les prochaines 11 heures.

«Malgré le fait que, après la séparation de l'étage de fusée Fregat, le satellite est entré en contact de façon régulière, la télémétrie a disparu. Si l'appareil ne peut pas ouvrir ses panneaux solaires et s'il s'avère impossible de redémarrer l'ordinateur de bord, on peut s'attendre à ce que le satellite soit reconnu inutilisable après un certain temps», a noté l'interlocuteur de l'agence.

Le contrat visant la fabrication d'AngoSat-1 a été conclu entre la plus importante des sociétés russes du secteur spatial, RKK Energia, et le ministère angolais des télécommunications et de l'information en 2009. Il n'est toutefois rentré en vigueur que quatre ans plus tard.

Le satellite a été fabriqué sur la base du nouveau module de service composé de détails conçus en Russie, tandis que sa masse s'élève à plus de 1,5 tonne.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Deux cas de contamination au coronavirus confirmés en France, les premiers en Europe
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
satellite, Baïkonour, Angosat-1, Angola, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik