Ecoutez Radio Sputnik
    Temps morts au travail

    Cela leur arrive tous les jours: 20% des Américains ont des temps morts au travail

    © AP Photo / Damian Dovarganes
    Sci-tech
    URL courte
    152

    Les sociétés américaines paient tous les ans 100 milliards de dollars à leurs employés pour les temps morts, selon une nouvelle étude de l'Université du Texas à Austin.

    Les employés des sociétés américaines touchent 100 milliards de dollars (environ 84 milliards d'euros) par an pour… ne rien faire, d'après une étude dirigée par Andrew Brodsky de la McCombs School of Business de l'Université du Texas à Austin. Près du quart des personnes interrogées ont avoué avoir des temps morts presque tous les jours.

    Les chercheurs ont questionné 1.003 travailleurs de 29 métiers. Les trois quarts d'entre eux ont dit avoir des temps morts dans leur planning, 22% ayant précisé que cela leur arrivait tous les jours.

    Le temps mort était considéré par l'étude comme une période où l'employé restait à son poste sans pour autant remplir ses fonctions, par exemple, quand un caissier dans un magasin avait des moments où aucun client ne se présentait.

    Pour calculer le coût des temps morts, les scientifiques ont multiplié le temps moyen de ceux-ci sur un an par le nombre d'Américains travaillant dans des bureaux à plein temps, le tout multiplié par le salaire moyen dans le pays, soit environ 17,09 dollars par heure.

    Les auteurs du rapport font remarquer que de telles pauses peuvent être bénéfiques, car elles aident les employés à lutter contre l'épuisement professionnel et permettent de trouver quelqu'un de libre pour régler un problème d'urgence. Toutefois, lorsque les employés ne sont pas très chargés, ils cherchent à «étirer» leurs tâches dans la journée, notamment pour prouver leur occupation à leurs supérieurs, indique l'étude.

    Lire aussi:

    Londres charge des sociétés privées de surveiller les criminels dangereux en liberté
    La Maison-Blanche veut bannir les téléphones portables pour éviter les fuites
    Scanner un chat pour payer son café? Pourquoi pas?
    Tags:
    travail, Université du Texas, Austin, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik