Ecoutez Radio Sputnik
    Alien

    Un scientifique indique ce qui pourrait trahir la présence des extraterrestres

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    3106

    Des planètes avec une biosphère doivent tourner plus vite par rapport à des corps célestes de même âge et de même taille mais qui sont dépourvues de vie, ce qui pourrait aider dans la recherche de traces de vie extraterrestre, estime le spécialiste de l’Université Columbia à New York, Caleb Scharf.

    Grâce au lancement du télescope spatial Kepler, les scientifiques ont détecté presque 2.000 planètes en dehors du Système solaire, dont quelques dizaines pourraient être des clones potentiels de la Terre ou pourraient se trouver dans ce qu'on appelle «des zones de vie». Cette découverte a poussé des planétologues à élaborer des méthodes susceptibles d'évaluer la capacité de ces planètes à abriter une vie extraterrestre ou d'essayer d'en trouver des traces, rapporte un article publié sur le portail Space.com

    En étudiant la conjonction de l'atmosphère avec la surface de ces «planètes-clones», le spécialiste de l'Université Columbia à New York, Caleb Scharf a avancé son hypothèse à ce sujet.

    Selon lui, la Terre ainsi que certaines autres planètes tournaient initialement bien plus vite qu'aujourd'hui. Par exemple, une journée complète sur la planète bleue ne durait à l'époque que deux ou trois heures.

    Les interactions gravitationnelles entre ces planètes-clones, les astres et les satellites qui sont à proximité entraînent un ralentissement de la rotation de ces planètes. Grâce à ce phénomène, une journée pleine dure aujourd'hui 24 heures, alors qu'il y a environ 600 millions d'années elle ne durait que 21 heures.
    Outre les lunes et les astres, il existe bien d'autres facteurs qui ont un impact sur la vitesse de la rotation des planètes.

    «Imaginez par exemple que l'atmosphère atteigne une vitesse x, que des ouragans super puissants déferlent dans un seul sens pendant plusieurs décennies. Tôt ou tard, leurs migrations collectives commenceront à influencer la vitesse de rotation d'une planète», explique M. Scharf.

    Comme le démontrent les calculs de Caleb Scharf, la vie terrestre ainsi que l'oxygène qu'elle produit font «tourner» la planète, ce qui fait que sa vitesse demeure supérieure par rapport aux planètes dépourvues de vie.

    Ainsi, une journée sur un clone habité de la Terre tournant autour d'une naine rouge dont la masse constitue un tiers de celle du Soleil aura environ une ou deux heures de plus qu'une journée sur une planète sans vie, de même taille de même âge.

    D'après le planétologue, des différences de ce type pourraient être utilisées comme approche alternative pour avancer dans les recherches de la vie extraterrestre ou pour fabriquer de nouveaux télescopes spatiaux plus sophistiqués capables d'observer des exoplanètes en direct.

    Lire aussi:

    Cache-cache à l’échelle planétaire: 20 planètes potentiellement habitables découvertes
    Ces univers dont les habitants pourraient se douter de l’existence de la Terre
    La vie serait possible sur une planète à deux soleils
    Tags:
    vie extraterrestre, exoplanète, planète, chercheurs, science, extraterrestres, espace, Terre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik