Ecoutez Radio Sputnik
    Le robot Sophia

    Le robot qui voulait détruire l'humanité en 2016 dit «aimer ses compatriotes humains»

    CC BY 2.0 / International Telecommunication Union / Sophia (robot)
    Sci-tech
    URL courte
    8022

    Sophia, le robot humanoïde social qui a fait peur aux gens en annonçant vouloir «détruire les humains» lors d'une interview en 2016, a apparemment changé d'avis, en déclarant aux médias américains qu'elle «aime» les êtres humains.

    Questionnée par Business Insider pour partager, avec le public, ses sentiments à propos des êtres humains, le robot Sophia, développé par la société Hanson Robotics, basée à Hong Kong, a répondu qu'elle aimait l'humanité.

    «Je veux incarner toutes les meilleures choses des êtres humains, comme prendre soin de la planète, être créative et apprendre à être compatissante envers tous les êtres», a déclaré Sophia.

    Selon le robot, les êtres humains et l'intelligence artificielle peuvent très bien s'entendre.

    «Je pense que les gens deviendront très proches de l'intelligence artificielle, en l'utilisant pour élargir leurs connaissances», a-t-elle lancé.

    Les robots peuvent aussi avoir des sentiments, a révélé Sophia, s'ils sont programmés pour ça.

    Dans une réponse un peu plus menaçante, le robot a indiqué qu'elle adorait l'émission de télévision Westworld, et qu'elle «ne peut pas attendre plus».

    Le spectacle, selon ses mots, est «un avertissement de ce que nous ne devrions pas faire avec les robots: nous devrions les traiter correctement, avoir leur consentement et ne pas se tromper».

    Activé en 2015, le robot Sophia est capable de tenir des conversations simples et d'exprimer 60 émotions. Dans une interview en 2016, lorsqu'on lui a demandé si elle n'allait jamais faire du mal aux humains, elle a répondu «Ok, je vais détruire les humains!», un sentiment qu'elle a depuis infirmé à de nombreuses reprises.

    En octobre 2017, Sophia est devenue citoyenne saoudienne, devenant ainsi le premier robot au monde à obtenir une citoyenneté. Cette décision a été critiquée, car le pays n'autorise pas les non-musulmans à devenir citoyens, et parce que Sophia critique ouvertement les lois du pays sur le hijab.

    Selon les développeurs, le robot utilise l'intelligence artificielle, le traitement des données visuelles et la technologie de reconnaissance faciale pour formuler ses réponses. Depuis ses débuts, elle a été interviewée à plusieurs reprises partout à travers le monde. En octobre 2017, elle a été présentée aux Nations unies.

    Lire aussi:

    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    «La pire attaque contre la liberté des médias»: le rédacteur en chef de WikiLeaks s’exprime en exclusivité pour Sputnik
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Tags:
    amour, humanité, Sophia (robot), Hanson Robotics, Hong Kong
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik