Sci-tech
URL courte
5192
S'abonner

Une consommation de certains sucres peut réduire les performances cognitives, selon des recherches menées par des scientifiques néozélandais.

Des recherches effectuées par des scientifiques ont prouvé que la consommation de sucres tels que le fructose et le saccharose pouvait altérer le fonctionnement du cerveau, selon The Independent.

Les chercheurs de l’Université d’Otago, en Nouvelle-Zélande, ont décidé de comprendre comment les sucres ont affecté les capacités de 49 personnes dans la réalisation de tâches cognitives. Trois sucres alimentaires communs ont été testés en comparaison au sucralose, un édulcorant placebo. Chaque participant a effectué un questionnaire simple, ainsi qu’un test arithmétique et celui de Stroop. Les recherches ont montré que les participants ayant consommé du glucose et du sucrose avaient obtenu de moins bons résultats dans ces tests que ceux qui ont consommé le fructose et le placebo.

Mei Peng, maître de conférences dans le domaine de la science sensorielle du Département de science alimentaire de l’Université d’Otago et une des auteurs de ces études, a abordé le cas où la consommation de sucre pouvait affecter quotidiennement la santé humaine. 

«Je suis fascinée par comment nos sens influencent notre comportement et affectent nos vies quotidiennes, en particulier, comment la consommation de sucre pourrait altérer le fonctionnement de nos cerveaux. Nos recherches indiquent que "l’overdose de sucre", par rapport au glucose, est en effet un véritable phénomène où les niveaux d’attention semblent diminuer après une consommation d’un sucre contenant du glucose», a-t-elle expliqué au PsyPost.

Lire aussi:

Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Tags:
phénomène, comportement, sucre, recherches, placebo, consommation, santé, cerveau, Nouvelle-Zélande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook