Ecoutez Radio Sputnik
    Un chaudron

    Le cannibalisme mis en place, combien de temps tiendrait l’Humanité?

    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    Sci-tech
    URL courte
    917

    Les chercheurs britanniques, réputés pour leurs études parfois étranges, ont décidé de calculer le temps qu’il faudrait aux Hommes pour s’entre-manger si la nourriture venait à disparaître sur Terre.

    Des chercheurs britanniques ont conclu que les Hommes disparaîtront en l'espace de trois ans s'il n'y a plus de nourriture sur Terre et si les Hommes deviennent cannibales, lit-on dans un article publié dans le Journal of Physics Special Topics.

    La Terre compte aujourd'hui 7,6 milliards d'habitants. L'idée de l'étude était d'établir ce qui se passerait si, faute de nourriture, les Hommes se mettaient à se manger les uns les autres, explique Holly Graham, de l'université de Leicester.

    Les scientifiques ont pris en compte combien de calories comporte un être humain, étant donné que chaque Homme consomme 2.500 calories par jour, conformément à l'apport journalier recommandé.

    Les calculs ont établi que l'humanité disparaîtrait en 1.149 jours. En effet, le corps humain contient environ 125.000 kcals. Ce qui suffit pour alimenter en énergie 50 personnes par jour. Par conséquent, après la «crise», 1/50 de la population sera mangée le premier jour, 1/50 des survivants le deuxième, etc. Le tout prendra 1.149 jours.

    Selon les chercheurs, le cannibalisme est cependant désavantageux du point de vue énergétique. Ainsi, les mammouths et d'autres grands animaux contenaient beaucoup plus de calories que les Hommes. Raison pour laquelle avec l'évolution les cannibales ont cédé la place aux simples carnivores.

    Lire aussi:

    Le même régime a des effets différents sur l’homme et la femme
    Moins vous mangez, plus vous prenez du poids? Le casse-tête enfin résolu!
    Un énorme requin attaque un bateau de chercheurs et dévore un congénère (vidéo)
    Tags:
    humanité, science, cannibalisme, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik