Sci-tech
URL courte
495
S'abonner

Les super-bactéries résistantes aux antibiotiques rendent de plus en plus de maladies difficiles à soigner. Comme si cela ne suffisait pas, des chercheurs viennent de découvrir de nouveaux porteurs de ces germes. Il s’agit des… surfeurs.

Faire du surf pourrait avoir des conséquences inattendues et dangereuses, affirment des médecins dans un article publié dans la revue scientifique Environment International. D'après eux, les super-bactéries découvertes dans les intestins de surfeurs sont trois fois nombreuses que celles présentes dans l'organisme de sujets ne pratiquant pas ce sport.

«Nous ne déclarons pas que les gens doivent éviter la mer et ne jamais faire de surf, qui est une activité bonne pour le bien-être physique et psychique de l'homme», a précisé William Gaze de l'Université d'Exeter.

Mais, selon lui, il est important que les pratiquants de surf se rendent compte de tous les risques liés à ce sport, et que les hommes politiques et les responsables des plages prennent les mesures appropriées pour protéger la santé publique.

Les spécialistes évoquent deux facteurs qui expliquent pourquoi les surfeurs sont devenus vecteurs de super-bactéries. D'abord et avant tout, ils avalent 10 fois plus d'eau de mer que les nageurs et ou les plongeurs.

Ensuite, les surfeurs pratiquent leur sport près des côtes, là où sont rejetées dans la mer en grande quantité les eaux usées qui contiennent des super-bactéries et d'autres germes.

En février de l'année dernière, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié une liste de douze familles de bactéries, qualifiées de super-bactéries, contre lesquelles elle jugeait urgent de développer de nouveaux antibiotiques à cause de leur résistance aux traitements actuels.

Lire aussi:

Blessé par balle en pleine rue, le rappeur Crim’s en pronostic vital engagé dans le Val-de-Marne
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Les plus vieux réacteurs nucléaires français prolongés au-delà de 40 ans
Selon l’ONU, l’épidémie est un «prétexte» des États pour porter atteinte aux «droits humains»
Tags:
surfeur, nageur, surf, antibiotiques, plongeurs, mer, bactérie, OMS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook