Sci-tech
URL courte
1138
S'abonner

Dans le souci de trouver une source d’alimentation pour les astronautes envoyés à l’avenir vers des planètes lointaines, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont conçu un bioréacteur permettant de recycler les déchets organiques de l’équipage en le transformant en nourriture.

Des biologistes et des ingénieurs de Pennsylvanie ont mis au point le premier bioréacteur «spatial» destiné à transformer des déchets organiques humains en un mélange nutritif composé de protéines et de graisses, lit-on dans un article paru dans la revue Life Sciences in Space Research.

«Nous avons conçu et mis en place le concept permettant de procéder simultanément au recyclage de déchets organiques et leur transformation en une biomasse comestible. Bien que cette idée puisse paraître bizarre aux yeux d’un individu lambda, elle ne diffère au fond pas de la consommation de pâtes fabriquées à base d'extrait de levure ou de moût», confie Christopher House de l'Université de Pennsylvanie, aux États-Unis.

L’alimentation en nourriture des astronautes qui effectueront à l’avenir des missions vers Mars et des explorateurs de l’espace lointain est le problème le plus aigu après celui de la radiation élevée. Ce n’est que lorsqu’ils auront été résolus que l’homme pourra se rendre vers la planète rouge voire plus loin.

Le problème de l’alimentation, les scientifiques cherchent à le résoudre soit par le biais de la mise en place d’un nouveau type de nourriture spatiale extrêmement riche en calories et qui puisse être conservée pendant longtemps, soit en développant des systèmes capables de permettre à l’équipage de produire de la nourriture par lui-même. Des expérimentations en ce sens sont régulièrement menées à bord de la Station spatiale internationale (ISS) par des cosmonautes russes et les astronautes américains.

Or, Christopher House est allé plus loin en cherchant à unir deux processus biologiques propres à l’homme. À l’heure actuelle, les déchets organiques des astronautes sont simplement gelés après que les systèmes sanitaires spéciaux en ont extrait les liquides. Les scientifiques de l’Université de Pennsylvanie proposent donc de les traiter à l’aide de microbes.

Une solution a même été trouvée pour résoudre le problème du méthane, dégagé lors du recyclage de ce genre de déchets, ce composé chimique capable de provoquer une explosion à bord du vaisseau ou de la station spatiale. La biomasse reçue peut être consommée crue sans présenter un quelconque danger pour la santé, assurent-ils.

Selon M.House, dans des conditions optimales, il serait possible de recycler en près de 24 heures plus de la moitié des déchets organiques d’un équipage composé de cinq ou six personnes.

«Chaque composante de notre réacteur biologique est stable et décompose rapidement les déchets organiques. Comme nous l’estimons, ceci donne de solides chances pour partir dans l’espace. Ainsi, on pourra obtenir de la nourriture plus rapidement que si on cultivait des tomates ou des pommes de terre dans des serres», conclut-il.

Lire aussi:

Un TGV ciblé par des tirs à Marseille
Voitures vandalisées, poubelles en feu: des violences éclatent après le match Portugal-France – vidéos
La décision de l’Assemblée sur le port du burkini dans les piscines va à l’encontre de ce que pensent les Français
Au Moyen-Orient, Pékin tisse sa toile alors que les troupes US quittent la région
Tags:
exploration de l'espace, vols, déchets, recyclage, nourriture, espace, Pennsylvanie, Mars, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook