Sci-tech
URL courte
231659
S'abonner

Des scientifiques ont récemment fait une découverte qui avertirait d’un danger pour l’avenir de l’humanité car il s’agit d’une éventuelle catastrophe mondiale qui pourrait avoir lieu bientôt. Les résultats de leur recherche sont publiés dans le Geophysical Research Letters.

Des scientifiques de l'Institut d'études géologiques des États-Unis ont découvert que 793 millions de kilogrammes de mercure se sont accumulés dans le pergélisol de l'hémisphère nord de la Terre, relate le Geophysical Research Letters.

La fonte des glaces causée par le réchauffement climatique pourrait entraîner la libération de métaux toxiques dans l'environnement, ce qui provoquerait une catastrophe écologique mondiale. 

Le pergélisol contient notamment du mercure naturel qui provient de l'atmosphère et se lie à la matière organique du sol. Par la suite, les particules de sol se congèlent.

Les chercheurs ont analysé 13 échantillons de glace prélevés en Alaska entre 2004 et 2012. Les données obtenues ont été comparées aux résultats de l'analyse de 11.000 échantillons de sols prélévés dans le monde entier. 

Il s'est avéré que le pergélisol contenait 10 fois plus de mercure naturel que le taux relevé dans l'environnement à la suite de l'activité anthropique au cours des 30 dernières années.

Une grande quantité de métal qui pourrait être libérée lors de la fonte de la glace se transformerait en méthylmercure — une substance toxique qui s'accumule dans le corps des êtres vivants et provoque de graves troubles, y compris des dommages au système nerveux central. 

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
«Des patients vont mourir en souffrant»: alerte sur une possible pénurie d’anesthésiants
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Tags:
science, danger, climat, réchauffement climatique, nature, catastrophe, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook