Sci-tech
URL courte
237
S'abonner

Le groupe Malwarebytes Labs a révélé la présence d'un redoutable malware sur des millions de smartphones Android. Le logiciel mine des cryptomonnaies en utilisant le processeur du téléphone.

Chief executive officer of consumer devices division for Huawei Technologies Co. Richard Yu presents the new phone Huawei P10 Plus before the Mobile World Congress in Barcelona, Spain
© AP Photo / Manu Fernandez
Les ordinateurs ne sont plus la cible privilégiée des pirates: selon la compagnie Malwarebytes Labs, des millions de smartphones et tablettes Android sont piratés par un logiciel malveillant qui mine du Monero, une cryptomonnaie très appréciée par les cybercriminels.

De toute évidence, cette arnaque de redirection d'annonces malveillantes a commencé vers novembre 2017, constatent les experts de Malwarebytes Labs. Des utilisateurs ont téléchargé des applications infectées qui les ont rapidement redirigés vers un site internet qui indiquait clairement qu'il utilisait le smartphone pour miner de la cryptomonnaie. L'utilisateur devait alors saisir un code captcha et appuyer sur le bouton «continuer» pour arrêter ce processus.

La durée moyenne qu'un utilisateur passait sur le site incriminé était de 4 minutes, pendant lesquelles la cryptomonnaie était minée à pleine puissance. Le site a reçu plus de 30 millions de visites par mois au total, affirme Malwarebytes Labs.

Le groupe indique en outre que de nouveaux domaines du site malveillant ont été créés depuis novembre dernier, toujours avec le même modèle.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Sans précédent: la France recense plus de 13.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24h
Tags:
piratage, malware, cryptomonnaie, Monero (cryptomonnaie), Android
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook